Sciences Sociales et Santé, n°2, vol 37 juin 2019

Arthur Vuattoux Le traitement sanitaire de l’adolescence confrontée à la justice : une approche inter sectionnelle.

La question du traitement sanitaire des mineurs par la justice, adressée à partir d’une enquête ethnographique au tribunal pour enfants, a permis de saisir la manière dont la prise en charge des adolescents protégés ou poursuivis par la justice relève des rapports de pouvoir les plus communs, liés aux propriétés de genre, de race et de classe des individus. De la figure majoritaire de l’adolescence déviante – celle des garçons racisés de classe populaire – à la figure minoritaire des « jeunes filles roumaines » confrontées à la justice pénale, les rapports de pouvoir s’actualisent selon des modalités toujours renouvelées, avec une place du corps et du soin dans les procédures qui diffère fortement selon les propriétés sociales des jeunes

The health care of minors in the justice system : a cross-sectoral approach.

The issue of the health care of minors in the juvenile justice system, studied on the basis of an ethnographic study of the juvenile courts, has allowed to grasp the way of the judicial treatment of adolescents prosecuted or protected by the courts is entangled in a variety of power relations, related to their properties of gender, race and class. From the main figure of the adolescent deviance, the working-class racialized boys, to the minority figure of the “jeunes filles roumaines” involved in the criminal justice, the power relations are reconfiguring, with a place of body and care in the procedures which differs strongly according to the social properties of the young people.

Jean-Jacques Yvorel Justice des mineurs et « traitement sanitaire de la question sociale » : une vieille histoire ? (Commentaire)


Mathilde Bourrier         Dans les coulisses de la gestion de l’épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest (2014-2016) : l’ère de l’«OMSF»

De 2014 à 2016, la lutte contre la maladie à virus Ebola a charrié une série de controverses liées au régime d’intervention auprès des populations en Afrique de l’Ouest, qui a déstabilisé l’ensemble du dispositif de riposte. Dans cette crise, les Médecins Sans Frontières (MSF) ont tout particulièrement occupé le devant de la scène médiatique. Par contraste l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mobilisée également, s’est faite plus discrète. Les experts de ces deux organisations, poids lourds du système de santé globale, se sont affrontés au sein d’arènes de négociation techniques sur le terrain de l’efficacité de la réponse, sur les moyens d’endiguer l’épidémie, sur l’attitude à adopter face aux populations affectées. Les tensions qui se sont manifestées, ne sont pas le seul fruit d’un positionnement stratégique d’acteurs aux prises avec la défense d’un territoire sur l’échiquier de la santé globale. Elles révèlent les implicites des modes d’intervention et charrient, dès le début, tout un univers de prescriptions génériques, difficilement remises en cause par les acteurs de la réponse. L’objectif dans cet article est de déployer une analyse capable de présenter une incarnation des débats en actes autour de trois controverses concrètes: i) la lenteur de réaction de l’Organisation Mondiale de la Santé à déclarer une urgence de santé publique de portée internationale ; ii) la mise à jour des protocoles concernant les Personal Protective Equipment (PPE) utilisés sur le terrain par les soignants ; et iii) le non-engagement principalement de l’organisation Médecins Sans Frontières dans des solutions alternatives au centre de traitement centralisé. En conclusion, on présentera comment des savoirs importants pour l’action, venant en particulier des anthropologues semblent avoir été oubliés au moment d’enclencher les interventions d’urgence, avec comme conséquence d’handicaper les modalités de déploiement de la réponse internationale à une épidémie sans précédent.

Behind the scenes of the Ebola epidemic management in West Africa (2014-2016): the era of OMSF

From 2014 to 2106, the fight against the Ebola virus led to a series of controversies in connection with the interventions that took place among the populations of West Africa. This situation upset the entire response mechanism. In this crisis, Doctors without Borders (MSF) maintained a high profile in the media, as opposed to the WHO, which also mobilized but took a backseat in terms of media attention. The experts from both these organizations, the heavyweights in the global health system, confronted one another in technical negotiations on response effectiveness, how to stem the epidemic, and the attitude to be taken toward affected populations. The tensions that arose are not just about the strategic positioning of the actors coming to grips with defending their territory on the global chessboard; they reveal issues implicit in modes of intervention and, from the get-go, involve a whole universe of generic prescriptions which are hard for responders to even question. This article seeks to apply an analysis capable of bringing to life the debates on record concerning three specific bones of contention: i) How long it took the WHO to declare a worldwide public health emergency: ii) Updating protocols for the PPEs used on the ground by caregivers; iii) the lack of engagement, primarily of MSF, in alternative solutions to a centralized treatment center. At the end, we will explain how knowledge that would have been important for action, particularly knowledge from anthropologists, seems to have been overlooked when emergency interventions began. As a result, deployment modalities in the international response to this unprecedented epidemic were handicapped.

Pierre Micheletti                 L’épidémie à virus Ebola (2014-2016) en Afrique de l’Ouest : querelle stratégique comme expression de la puissance des acteurs supranationaux(Commentaire)


Papa Mamadou Diagne, Anne M. Lovell              De l’accompagnant familial au « mercenaire » : les travailleurs subalternes et la transformation de la psychiatrie publique au Sénégal

Cet article analyse le remplacement de l’accompagnant familial en psychiatrie sénégalaise par l’accompagnant rémunéré (dit « mercenaire »), en l’inscrivant dans la perspective constructiviste de la division sociale du travail hospitalier. Cette mutation est mise en relation avec les changements thérapeutiques et économiques touchant l’hôpital ainsi que la famille. Une ethnographie sur deux sites hospitaliers a permis d’analyser l’inscription du mercenaire en tant que travailleur subalterne dans le processus de gestion du malade psychiatrique. La place du mercenaire reste interstitielle au sein de l’organisation formelle. Lui sont déléguées des fonctions de sécurité et de care, centrales dans la psychiatrie au Sénégal, tout en gardant une place ambiguë dans l’organisation, par son caractère informel.

From family companion to mercenaire: subaltern workers in the transformation of Senegalese public psychiatry

Using a constructivist perspective of the social division of hospital labor, this article analyzes the replacement of family companion in Senegalese psychiatry by “paid companion”, also known as “mercenary” (mercenaire). This development is linked to therapeutic and economic changes that have affected both hospitals and patients’ families in Senegal. Drawing on ethnographic research at two psychiatric inpatient sites, the article analyses the mercenaire as a subaltern worker occupying an insterstitial position within the formal organization, yet one necessary to the management of psychiatric patients. Mercenaires are delegated security and care, typical functions of psychiatric institutions, yet their activities retain an ambiguity similar to that of other informal activities.

Martine Bellanger            La valeur monétaire de l’aide informelle pour les personnes fragiles (Commentaire)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.