Volume 32, Numéro 4, décembre 2014

Henri Bergeron et Constance Nathanson     

Faire une loi, pour faire la loi. La loi de Santé publique d’août 2004

Résumé. Le Parlement français a adopté une loi en août 2004, considérée par ses promoteurs comme la première loi de santé publique depuis celle de 1902.  À partir du cadre théorique défini par Abbott, l’analyse qui suit se fonde principalement sur l’étude d’archives et d’interviews réalisées avec ceux qui ont participé à son élaboration. Elle montre que les raisons au principe de la formation de la loi sont multiples : la loi signe la compétition entre des élites administratives et des experts de la santé publique et de l’épidémiologie sur ce que signifie une politique de santé publique ;
elle vise également à responsabiliser les individus, les enjoignant
d’adopter des comportements bénéfiques à leur santé ; elle est, enfin, l’instrument par lequel un nouveau ministre de la Santé entend se distinguer d’initiatives ministérielles précédentes. Finalement, les processus sociopolitiques de conception de cette loi, par un réseau élitaire resserré, dessinent une morphologie typique des processus d’inscription sur l’agenda des questions de santé publique en France. Nous discutons en conclusion la question des modes de légitimation de l’action publique contemporaine.
Mots-clés : loi de santé publique, professions, mise sur agenda.

Denis Roy

Par-delà la loi, renouveler les pratiques de la santé publique (Commentaire)

 

 

Baptiste Brossard    

Un test rudimentaire mais pratique. Enquête sur le succès du Mini-Mental State

Résumé. Le Mini-Mental State Examination (MMSE) est, à l’échelle
internationale, le test neuropsychologique le plus utilisé dans le processus diagnostique des démences liées à l’âge ainsi que dans les recherches médicales traitant de ces thématiques. Cet article propose de comprendre ce succès en revenant sur l’histoire de ce test et sur son appropriation, notamment, par les chercheurs en médecine, les gériatres et les autorités de santé. Il aboutit à la conclusion que, si le MMSE est souvent décrit comme rudimentaire par les acteurs en question, ce test suscite une « convergence de sens pratiques », c’est-à-dire qu’il correspond particulièrement
aux attentes professionnelles de ces groupes.
Mots-clés : gériatrie, Mini-Mental State Examination, vieillissement,
cognition.

Bernard Croisile

Le MMS, un incontournable de la neuropsychologie (Commentaire)

 

Anne-Marie Waser, Dominique Lhuilier,    Guillaume Huyez-Levrat, Frédéric Brugeilles, Pierre Lénel

 Maladies chroniques, handicap et gestion des situations de travail

Résumé. La prise en compte conjointe des points de vue des travailleurs, de l’encadrement et des directions d’entreprises sur la question de la gestion des situations de travail de salariés concernés par la maladie chronique ou le handicap montre des intérêts différents des dispositifs accompagnant l’obligation légale d’emploi de personnes handicapées. L’étude de deux entreprises, l’une dans le secteur du nettoyage, l’autre dans les métiers de caisse ou de logistique, montre que les bénéfices de ces dispositifs
sont réels et, dans une certaine mesure, partagés car ils accompagnent une relative « paix sociale » entretenue par certaines tolérances (retards, absences imprévues, faible productivité). Ces bénéfices, ainsi qu’une gestion de ces personnels reconnue comme humaine et des conditions d’emploi perçues comme favorables (contrat à durée indéterminée, recrutement de salariés ayant une reconnaissance de leur handicap, maintien dans l’emploi) ont pour conséquence de masquer la pénibilité du travail. Ne pouvant guère prétendre à des emplois plus valorisant ou échapper à cette relation de subordination, le maintien ou l’accès à l’emploi de ces personnels cumulant des handicaps se font au risque des conséquences sur la santé d’un travail pénible, usant où finalement peu d’actions sont engagées pour l’amélioration des conditions du travail.
Mots-clés : maladies chroniques, handicap, travail, emploi.

Nathalie Ferré     

Le droit des salariés malades : entre maintien dans l’entreprise, inaptitude et éviction (ou mise à l’écart) (Commentaire)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *