Volume 36 n°3, sept 2018

Les centres de remise en forme « réservés aux femmes » :
une injonction à la santé d’un nouveau genre ?

Cindy Louchet*, Oumaya Hidri Ney**

Résumé : En France, depuis 2004, certains centres de remise en forme sont interdits aux hommes. Cela leur permettrait de présenter une organisation matérielle, spatiale et humaine supprimant tout enjeu de normalisation corporelle. C’est ce que nous avons mis à l’épreuve des faits en nous appuyant sur une enquête menée par observations et entretiens semi-directifs. On observe finalement que le corps demeure le lieu d’imposition privilégié de normes de genre. Des formes de contrôle social s’instaurent et contribuent à sanctionner tout écart aux normes corporelles dominantes ; leur originalité tient au fait qu’elles sont portées par les représentant-e-s de ces institutions, et non plus par les pairs, et qu’elles sont justifiées à des fins de santé.

* Doctorante en sociologie, Centre Max Weber, ATER, Faculté du sport et de l’éducation physique. Université d’Artois , Chemin du Marquage, 62800 Liévin, France ; clouchet@gmail.com   et   **Professeure des universités en STAPS, Faculté du sport et de l’éducation physique. Université d’Artois , Chemin du Marquage, 62800 Liévin, France ; oumaya.neys@univ-lille2.fr

Le paradoxe du sport: entre injonctions de santé et performance de genre (Commentaire)

Hélène Joncheray, sociologue, Laboratoire Sport, Expertise et Performance (EA 7370), Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP), 11 Avenue du Tremblay, 75012 Paris, France       helene.joncheray@insep.fr

Deux processus de sanitarisation.  L’action publique contre les violences dans le couple dans deux cantons de Suisse romande

Pauline Delage*, Marta Roca i Escoda**

* sociologue et politiste, chercheuse associée au Centre en Études Genre (Université de Lausanne) et au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (Aix Marseille Université). Pauline.Delage@gmail.com

** sociologue, Université de Lausanne, Quartier UNIL-Mouline, Bâtiment Géopolis, CH-1015 Lausanne. Marta.rocaescoda@unil.ch

Résumé : Historiquement, et dans les politiques publiques internationales, la question des violences conjugales est entendue comme l’un des produits et l’un des leviers des rapports de genre et des inégalités entre femmes et hommes. Or, avec l’institutionnalisation du problème public, ce mode de formulation est l’objet de luttes définitionnelles entre les acteurs de l’action publique contre les violences. Cet article propose d’étudier les évolutions de la compréhension de la violence conjugale par le secteur médical et de la santé. En comparant deux cantons de la Suisse romande, Genève et Vaud, cet article traite de la construction des catégories de l’action publique et propose d’analyser comment des professionnel·le·s de la santé de chaque canton ont pu façonner, voire transformer, la définition de la violence conjugale.

Violences dans le couple : sanitariser sans dégenrer  (Commentaire)

Laurent Bègue, psychologue, Université Grenoble Alpes, MSH Alpes, BP 47, 38040 Grenoble cedex 9, France ; Laurent.Begue@msh-alpes.fr


De la biopolitique à la discipline du corps. Les dynamiques de savoir-pouvoir dans les politiques de lutte contre l’obésité de l’enfant

Andrea Lutz, sociologue, Département de sociologie et Centre interfacultaire en droits de l’enfant, Université de Genève, Valais Campus, Case postale 4176, 1950 Sion 4, Suisse,   Andrea.lutz@unige.ch

Résumé : Cet article étudie, dans une perspective critique, les politiques de lutte contre l’obésité de l’enfant, en s’inspirant de la théorie du biopouvoir de Michel Foucault. A partir de l’analyse des discours produits par différentes organisations actives dans le domaine de la promotion de la santé en Suisse, l’auteur décrypte les mécanismes de savoir-pouvoir qui fondent l’architecture politique des différentes mesures sanitaires visant à lutter contre l’obésité de l’enfant qui ont émergé au cours des années 2000 dans ce contexte. Il montre comment ces politiques parviennent à construire un contrôle autour du corps des enfants, en mettant en place des mécanismes de gestion de la santé à l’échelle collective, ainsi que des pratiques d’autosurveillance du corps à l’échelle individuelle.

Les politiques d’éducation alimentaire au prisme des pratiques de terrain  (Commentaire)

Patrick Berry, sociologue, consultant en Promotion de la santé et Environnement, 15, rue de la Source, 44760, Les Moutiers en Retz, 06 29 82 28 92, pberryconsult@gmail.com et   Rémi Gagnayre, médecin, professeur en sciences de l’éducation, Laboratoire Educations et Pratiques de santé, Université Paris 13, UFR SMBH, 74, rue Marcel-Cachin, 93017 Bobigny, France, remi.gagnayre@univ-paris13.fr

Note de lecture :

Brigitte Chamak, sociologue, Centre de Recherches Médecine Sciences Santé Santé Mentale, Université Paris Descartes, 45, rue des Saints Pères, 75006 Paris

Simeng Wang, Illusions et souffrances. Les migrants chinois à Paris, Editions rue d’Ulm, Collection Sciences Sociales Paris, 2017, 220 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.