Tous les articles par Lise Demagny

Sciences Sociales et Santé Volume 36 n°3, sept 2018

Cindy LOUCHET*, Oumaya HIDRI NEY**  Les centres de remise en forme « réservés aux femmes » : une injonction à la santé d’un nouveau genre ?

Résumé : En France, depuis 2004, certains centres de remise en forme sont interdits aux hommes. Cela leur permettrait de présenter une organisation matérielle, spatiale et humaine supprimant tout enjeu de normalisation corporelle. C’est ce que nous avons mis à l’épreuve des faits en nous appuyant sur une enquête menée par observations et entretiens semi-directifs. On observe finalement que le corps demeure le lieu d’imposition privilégié de normes de genre. Des formes de contrôle social s’instaurent et contribuent à sanctionner tout écart aux normes corporelles dominantes ; leur originalité tient au fait qu’elles sont portées par les représentant-e-s de ces institutions, et non plus par les pairs, et qu’elles sont justifiées à des fins de santé.

* Sociologue, Centre Max Weber, ATER, Faculté du sport et de l’éducation physique. Université d’Artois , Chemin du Marquage, 62800 Liévin, France ; clouchet@gmail.com   et   ** Universitaire en STAPS, Faculté du sport et de l’éducation physique. Université d’Artois , Chemin du Marquage, 62800 Liévin, France ; oumaya.neys@univ-lille2.fr

Le paradoxe du sport: entre injonctions de santé et performance de genre (Commentaire)
Hélène JONCHERAY, sociologue, Laboratoire Sport, Expertise et Performance (EA 7370), Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP), 11 Avenue du Tremblay, 75012 Paris, France       helene.joncheray@insep.fr


Pauline DELAGE*, Marta ROCA I ESCODA** Deux processus de sanitarisation.  L’action publique contre les violences dans le couple dans deux cantons de Suisse romande

Résumé : Historiquement, et dans les politiques publiques internationales, la question des violences conjugales est entendue comme l’un des produits et l’un des leviers des rapports de genre et des inégalités entre femmes et hommes. Or, avec l’institutionnalisation du problème public, ce mode de formulation est l’objet de luttes définitionnelles entre les acteurs de l’action publique contre les violences. Cet article propose d’étudier les évolutions de la compréhension de la violence conjugale par le secteur médical et de la santé. En comparant deux cantons de la Suisse romande, Genève et Vaud, cet article traite de la construction des catégories de l’action publique et propose d’analyser comment des professionnel·le·s de la santé de chaque canton ont pu façonner, voire transformer, la définition de la violence conjugale.

* sociologue et politiste, chercheuse associée au Centre en Études Genre (Université de Lausanne) et au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (Aix Marseille Université). Pauline.Delage@gmail.com ** sociologue, Université de Lausanne, Quartier UNIL-Mouline, Bâtiment Géopolis, CH-1015 Lausanne. Marta.rocaescoda@unil.ch

Violences dans le couple : sanitariser sans dégenrer  (Commentaire)                                    Laurent BEGUE, psychologue, Université Grenoble Alpes, MSH Alpes, BP 47, 38040 Grenoble cedex 9, France ; Laurent.Begue@msh-alpes.fr  

Andrea LUTZ* De la biopolitique à la discipline du corps. Les dynamiques de savoir-pouvoir dans les politiques de lutte contre l’obésité de l’enfant

Résumé : Cet article étudie, dans une perspective critique, les politiques de lutte contre l’obésité de l’enfant, en s’inspirant de la théorie du biopouvoir de Michel Foucault. A partir de l’analyse des discours produits par différentes organisations actives dans le domaine de la promotion de la santé en Suisse, l’auteur décrypte les mécanismes de savoir-pouvoir qui fondent l’architecture politique des différentes mesures sanitaires visant à lutter contre l’obésité de l’enfant qui ont émergé au cours des années 2000 dans ce contexte. Il montre comment ces politiques parviennent à construire un contrôle autour du corps des enfants, en mettant en place des mécanismes de gestion de la santé à l’échelle collective, ainsi que des pratiques d’autosurveillance du corps à l’échelle individuelle.

 * sociologue, Département de sociologie et Centre interfacultaire en droits de l’enfant, Université de Genève, Valais Campus, Case postale 4176, 1950 Sion 4, Suisse,   Andrea.lutz@unige.ch

Les politiques d’éducation alimentaire au prisme des pratiques de terrain  (Commentaire)
Patrick BERRY, sociologue, consultant en Promotion de la santé et Environnement, 15, rue de la Source, 44760, Les Moutiers en Retz, 06 29 82 28 92, pberryconsult@gmail.com et   Rémi GAGNAYRE, médecin, professeur en sciences de l’éducation, Laboratoire Educations et Pratiques de santé, Université Paris 13, UFR SMBH, 74, rue Marcel-Cachin, 93017 Bobigny, France, remi.gagnayre@univ-paris13.fr

Note de lecture :

Brigitte Chamak, sociologue, Centre de Recherches Médecine Sciences Santé Santé Mentale, Université Paris Descartes, 45, rue des Saints Pères, 75006 Paris. Simeng Wang, Illusions et souffrances. Les migrants chinois à Paris, Editions rue d’Ulm, Collection Sciences Sociales Paris, 2017, 220 p.

Sciences Sociales et Santé Volume 36 n°2, juin 2018

Clément PERRIER, Claire PERRIN

Éduquer le patient ou transformer l’action publique ? Analyse socio-historique d’une association pour le développement de l’éducation thérapeutique du patient.

 Résumé : En France, l’Éducation Thérapeutique du Patient s’est développée au travers de la formation des professionnels et d’activités de recherche portées par les mondes associatifs et académiques. L’étude socio-historique d’une des associations françaises les plus anciennes (l’Afdet) mobilise conjointement des cadres théoriques de sociologie de la santé et de science politique. Elle analyse le corpus des revues publiées depuis1990 par l’association et un recueil de vingt deux entretiens avec des acteurs-clés. Si la posture réformatrice apparaît comme une continuité de l’histoire de l’association, elle fait l’objet de tensions entre les acteurs a` l’origine de deux reconfigurations importantes. C’est une conception nouvelle du processus de soin et de santé qu’entend diffuser ce collectif analysé comme un « laboratoire d’ingénierie des idées », révélateur d’une contribution à  l’action publique en marge des institutions.

Cécile FOURNIER, Aurélien TROISOEUFS  (Commentaire)   Éduquer le patient ou transformer l’action publique : un espace d’expression pour les patients.


Odile PIRIOU, Jérôme THOMAS

Procédés et effets du pouvoir disciplinaire aux urgences.
Le cas de l’accueil des patients alcooliques.

Résumé : En s’appuyant sur une enquête ethnographique, cet article vise à comprendre les modalités de mise en œuvre du pouvoir disciplinaire aux urgences de l’hôpital dans la prise en charge de patients alcoolisés. Il étudie les procédés disciplinaires qui étayent cette prise en charge. Puis il confronte ces procédés aux usages qu’en font les patients. L’analyse rend compte du fait que le pouvoir disciplinaire ne s’impose pas massivement ni unilatéralement sur les individus, mais qu’il est plutôt le résultat de rapports  de forces instables qui surgissent de la rencontre entre patients et soignants.

Olivier Taïeb  (Commentaire) Le pouvoir disciplinaire dans l’accueil aux urgences des patients alcooliques : des contraintes mais aussi des surprises.


Thibaud MARMORAT, Catherine RIOUFOL, Florence RANCHON, Anne-Gaëlle CAFFIN, Marie PREAU

Expériences médicamenteuses et expériences du cancer. L’appropriation des anticancéreux oraux par les patients.

Résumé : La part grandissante des thérapies orales fait apparaître une mutation dans l’organisation du projet thérapeutique en cancérologie. Tandis que l’administration d’une chimiothérapie injectable est assurée par une infirmière, et le plus souvent à l’hôpital, il appartient au patient sous anticancéreux oral de prendre son traitement au domicile, en suivant les recommandations médicales qui lui sont associées. Fondée sur une approche psychosociale, cette recherche a pour objectif de saisir la manière dont les savoirs profanes, les normes et les valeurs sociales participent à l’appropriation des anticancéreux oraux par les patients, et le rôle que le médicament joue dans la symbolisation du cancer. L’étude montre le caractère indissociable de la perception des anticancéreux oraux et des représentations que les patients ont de leur maladie. Le sens conféré au suivi de ce traitement renvoie à la valorisation de l’autonomie médicamenteuse, reflétant plusieurs formes de participation au soin et plusieurs types d’attentes concernant l’implication familiale et thérapeutique de l’entourage.

Benjamin DERBEZ   (Commentaire)  L’expérience comme objet de sciences sociales.

 

Le cancer : un regard sociologique Biomédicalisation et parcours de soins

Sous la direction de :

 Norbert AMSELLEM, Philippe BATAILLE

         Le cancer reste aujourd’hui encore une maladie grave, souvent mortelle. Pour les malades, l’espoir repose sur des stratégies médicales diversifiées et des relations singulières nouées avec les soignants et avec les proches. Si la vie personnelle des patients se réorganise à l’annonce de la maladie, les rapports entre soignés et soignants sont bouleversés par les innovations biomédicales et les changements dans l’organisation du travail des praticiens.

ISBN : 9782707195784 Nb de pages : 352 Dimensions : 155 * 240 mm ISBN numérique : 9782707199959 Format : EPUB

Dans ses pratiques quotidiennes, la cancérologie porte à l’extrême une tension centrale de la biomédecine contemporaine, entre l’évolution vers une prise en charge sanitaire qui se veut de plus en plus « personnalisée » et les exigences propres à la médecine scientifique, « fondée sur des preuves », notamment en termes de standardisation des procédures.
Au-delà des discours convenus, d’allure scientiste et souvent enchantée, cet ouvrage collectif se propose d’étudier les conditions économiques, éthiques, psychologiques, politiques et institutionnelles des innovations biomédicales et les effets sociaux de leur diffusion. Il montre ainsi comment ces changements dessinent de nouvelles expériences de la maladie chez les patients et leurs proches.

Réduire les inégalités sociales de santé.

ISBN : 978-2-8107-0525-2, PUM

L’ouvrage est centré sur les inégalités sociales de santé et les interventions et politiques publiques visant à les réduire. Il s’appuie sur une expérience de recherche interdisciplinaire initiée depuis 2007 et repose sur une convergence entre chercheurs sur les façons de définir et d’analyser les inégalités sociales de santé comme construction sociale et historique. Continuer la lecture de Réduire les inégalités sociales de santé.