Tous les articles par Valérie Burgos

Pierre Dufour, L’expérience handie

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.

L'expérience handie  De Pierre Dufour - PUG (Presses Universitaires de Grenoble)Quel regard portent les personnes handicapées sur leur corps ? Le handicap questionne les manières d’agir, de se mouvoir, que l’on a coutume de tenir pour ordinaires. Or comment construit-on sa virilité quand le corps ne correspond pas au standard, quand la force ou le muscle fait défaut ? Comment appréhende-t-on son expérience lorsque l’autonomie individuelle nécessite la coopération d’autrui ? À travers de nombreux entretiens avec des hommes « handis », Pierre Dufour, lui-même en fauteuil, explore le discours qui sous-tend la situation de handicap. Il analyse et dissèque le regard que l’on a sur soi, sur sa virilité, sur sa capacité à s’affranchir des standards et d’un vocabulaire issus d’un agencement du monde « valido-viril » lorsque son corps ne correspond pas à celui-ci. Croisant les thèmes du handicap et du genre, l’auteur interroge à la fois les pratiques d’hommes se déplaçant en fauteuil roulant et le stock social des discours sur la diversité corporelle. Nourri de nombreux exemples, ce livre offre une lecture originale, peu courante en France, dans la veine du courant anglo-saxon des Disability studies.

Feuilleter…

Richard Wilkinson, Kate Pickett, Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.
 

51YcnJruwnL._Richard Wilkinson, Kate Pickett,

Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous,  Les Petits matins, 2013.

Pourquoi les Anglais ne font-ils pas confiance aux autres alors que les Japonais le font plus facilement ? Pourquoi le taux de grossesse des adolescentes est-il plus élevé aux États-Unis qu’en France ? Pourquoi les Suédois ont-ils la taille plus fine que les Grecs ? La réponse est chaque fois : l’inégalité. D’après les auteurs, les résultats exprimés sont clairs : état de santé, espérance de vie, obésité, santé mentale, taux d’incarcération ou d’homicides, toxicomanie, grossesses précoces, succès ou échecs scolaires, bilan carbone et recyclage des déchets, tous les chiffres vont dans le même sens. Plus qu’à n’importe quel autre indicateur (de richesse, de culture ou de dépense publique), c’est à l’écart variable des revenus que l’on doit attribuer le score de chacun des pays sur l’échelle des performances. Sur presque tous les points étudiés, le Japon, la Norvège et souvent la France et le Canada font mieux que les États-Unis, l’Angleterre ou le Portugal, où les écarts de revenus sont plus importants. De plus, les sociétés montrant un grand fossé entre riches et pauvres nuisent à chacun de leurs membres, y compris les nantis se croyant à l’abri ! Les riches ont donc tout intérêt à vouloir eux aussi plus d’égalité pour tous. Provocateur et salutaire, ce livre, en s’appuyant sur de nombreuses recherches en psychologie, biologie et sciences sociales, fournit une nouvelle manière de penser et de réfléchir sur nous-mêmes et notre société, et pourrait changer la façon dont nous voyons le monde.

 

Arlette Gautier, Marie-France Labrecque, Avec une touche déquité et de genre … : Les politiques publiques dans les champs de la santé et du développement au Yucatan

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.

 

thumb_L97827637171661

Arlette Gautier, Marie-France Labrecque, « Avec une touche déquité et de genre … » : Les politiques publiques dans les champs de la santé et du développement au Yucatan, Presses de l’Université Laval, 2013, 370 p., ISBN : 9782763717166.

Au début des années 1980, Arlette Gautier et Marie-France Labrecque menaient leurs premières recherches au nord de l’État du Yucatan auprès des femmes autochtones mayas, la première sur des questions de santé reproductive, la deuxième s’intéressant davantage à l’intégration de ces femmes au marché du travail. Pendant les trente années suivantes, toutes deux ont approfondi leur intérêt pour ces dimensions complémentaires du développement économique et social, que ce soit au Mexique ou ailleurs dans le monde. Au milieu des années 2000, elles ont toutes deux décidé d’entreprendre des recherches qui feraient le suivi de celles qu’elles avaient menées auparavant, mais qui, grâce aux éclairages de l’approche féministe de l’intersectionnalité, donneraient un nouveau relief conceptuel et méthodologique à l’interprétation des changements sociaux que connaissent les populations autochtones de l’État du Yucatan, et les femmes en particulier.

 

Sophie Divay, Soignantes dans un hôpital local : Des gens confrontés à la rationalisation et à la précarisation

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.
  

9782810900909

Cette enquête ethnographique réalisée dans un hôpital local donne à voir une réalité éloignée des clichés qu’exhibent nos écrans de télévision. Ici, les soignantes s’activent souvent sans médecins à leurs côtés, dans des services peu médicalisés empreints d’une longue histoire locale, auprès de patients âgés « du coin », au sein d’équipes « familiales » et où « tout le monde se connaît » depuis toujours.

Ces soignantes ont dû faire face à de nombreux changements. Elles ont su s’adapter à la laïcisation des hôpitaux, à l’humanisation des hospices et aux restructurations internes modernisatrices. Résisteront-elles aux restrictions budgétaires et à la dégradation de leurs conditions de travail ?

Après une longue immersion dans le milieu propre à ces travailleuses de la santé, Sophie Divay retrace étape par étape l’histoire et les évolutions de ce collectif de travail et questionne plus globalement les effets des décisions de rationalisation gestionnaire et managériale.

« Ce livre nous propulse également vers l’avenir et soulève des questions sur la condition des personnes âgées en institution. […] L’accroissement récent du nombre des « remplaçantes », personnel précaire, éjectable à volonté, réduit la stabilité et la solidarité du groupe. Quelle qualité de soins peut-on garantir dans ce cas à des patients aussi vulnérables ? C’est donc bien un problème fondamental de modèle de société que ce livre interroge, sans en avoir l’air… » (Extrait de la préface d’Yvonne Knibiehler).

 

Sophie Divay, sociologue, maître de conférences, CEREP EA 4692, université de Reims Champagne-Ardenne et Centre d’économie de la Sorbonne, UMR 174, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Richard Rechtman, Les vivantes

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.
 

Rechtman_LesVivantes17 avril 1975, les troupes de Pol Pot pénètrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge, après quatre années de guerre civile. En quelques heures, la ville est intégralement vidée de ses occupants. Les citadins, comme les habitants des campagnes jusqu’alors non acquises aux Khmers rouges, sont déportés dans les zones les plus hostiles du pays. Travaux forcés, exécutions sommaires, famines, meurtres de masse… Dans ce désastre qui s’annonce, où plus du tiers de la population du pays sera exterminée, et où vivre se résumera simplement à ne pas mourir, rares seront les voix qui parviendront à se faire entendre. Ce livre retrace le destin de l’une d’entre elles. Celle d’une femme prise dans la tourmente d’événements qui lui échappent et pourtant l’emprisonnent, et qui puisera dans les ressorts les plus profonds de son intimité les armes d’une lutte sans merci contre les blessures de sa chair. Avec le fol espoir de vivre, pour ne pas les laisser gagner. Vivre, pour ne pas voir son propre corps disparaître. Vivre encore, juste l’instant suivant…

Éditions Léo Scheer, collection Littérature, 6 novembre 2013, 152 pages. ISBN: 978-2756104294. 18,00 €

 

La rédaction a reçu

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.
 

 

9782753517356 PINSOLLE D., Le Matin (1884-1944) Une presse d’argent et de chantage, 2013, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 353 p.

 

 

 

 

 

 


 

couv_rfas_2013_1-2-3f0b2Revue Française des Affaires Sociales, 2013, 1-2, Difficultés vécues dans l’enfance, conséquences à l’âge adulte, dossier thématique coordonné par Pierre Boisard et Bénédicte Galtier, Paris, La Documentation Française, 231 p.

 

Abonnez-vous à Sciences sociales et santé

Abonnement au tarif « Particuliers »
Abonnement papier et électronique SSS
Autres pays 136.00 €
France 112.00 €
UE et Suisse 128.00 €

 

Abonnement au tarif « Etudiants »
Abonnement papier et électronique SSS
Autres pays 106.00 €
France 82.00 €
UE et Suisse 98.00 €

 

Abonnement au tarif « Institutions »
Abonnement papier Sciences Sociales et Santé
Autres pays 232.00 €
France 208.00 €
UE et Suisse 224.00 €
Abonnement Electronique Sciences Sociales et Santé
Institution <1000 FTE Tous pays 239.00 €

Volume 31, Numéro 3, Septembre 2013

SSS-2013-3--

 

Des vies reconstruites. Exclusion et réinsertion sociale des femmes vivant avec le VIH à Ouagadougou (Burkina Faso)
Gabin Korbéogo, Salfo Lingani
Personnes vivant avec le VIH, méthodes qualitatives et couverture universelle en santé (Commentaire)
Valéry Ridde

Catégorisations professionnelles des demandes masculines de chirurgie esthétique et transformations politiques de la médecine
Yannick Le Hénaff
La chirurgie esthétique et l’inégalité des sexes (Commentaire)
Marcela Iacub

Polyprescription médicamenteuse et polypathologies chroniques : ce qu’en disent les médecins généralistes
Pascal Clerc, Julien Le Breton
Les contraintes d’une profession libérale (Commentaire)
Alain Letourmy