Archives de catégorie : La rédaction a reçu

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.

La rédaction a reçu – Vers une pharmaceuticalisation de la société ?

Vers une pharmaceuticalisation de la société ?

Le médicament comme objet social

Au moment où le médicament dépasse les frontières nationales et celles de la médecine thérapeutique, il est essentiel de s’interroger sur les nouveaux espaces sociaux dont il redéfinit les limites. Cet ouvrage présente les effets sociaux du médicament à partir du brouillage et du déplacement de trois de ces frontières, celles entre le normal et le pathologique, entre l’inclusion et l’exclusion sociale, entre la nature et la culture.

L’extension du domaine pharmaceutique s’est réalisée de manière inédite à l’échelle planétaire par la diffusion des médicaments et des essais cliniques, mais aussi sur les plans plus quotidiens et individuels de la vie sociale : travail, relations sexuelles, réussites scolaires. L’élargissement de l’usage des médicaments et les usages non médicaux montrent aujourd’hui combien le médicament échappe au seul contrôle médical. Le terme « pharmaceuticalisation » désigne précisément la façon dont des moments de la vie deviennent des opportunités pour l’industrie pharmaceutique.

Le médicament est toutefois, comme le montrent les contributions de cet ouvrage, plus complexe qu’un simple objet pharmaceutique. Il est plus particulièrement analysé dans ce livre comme un objet permettant de faire évoluer non seulement les frontières du normal et du pathologique, mais aussi celles de l’inclusion et de l’exclusion sociale, sans nécessairement passer par le pouvoir médical. L’évolution technologique de ces dernières années et les effets matériels du médicament invitent également à étudier comment celui-ci contribue à faire évoluer la frontière entre nature et culture. Les textes rassemblés dans cet ouvrage, issus de l’anthropologie, de l’histoire et de la sociologie, présentent ces nouvelles frontières du médicament comme objet social dans les sociétés du Nord ou du Sud, à partir de problèmes liés à la santé mentale, au tabagisme, au VIH ou au cholestérol.

2016, 294 pages, D4558, ISBN 978-2-7605-4558-8

En savoir plus

La rédaction a reçu – Les métamorphoses de l’assurance maladie : Conversion managériale et nouveau gouvernement des pauvres

À partir d’une enquête ethnographique réalisée dans une caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de la région parisienne, cet ouvrage décrit minutieusement la mise en œuvre de la réforme managériale de l’assurance maladie. L’évaluation de la « qualité de service » et des compétences des agents se réduit à une norme strictement quantitative, au mépris de la satisfaction des besoins des usagers les plus précaires. De là sourd une véritable souffrance chez les agents les plus attachés à l’« utilité sociale » de leur mission.

Avec le soutien du Comité d’histoire de la sécurité sociale et de l’AEHSS, du Centre européen de sociologie et de science politique et de l’université Paris 8 (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris).

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4225

La rédaction a reçu – Aller mieux Approches sociologiques / Lise Demailly, Nadia Garnoussi

Aller mieux

Aller mieux

Approches sociologiques

Édité par Lise Demailly, Nadia Garnoussi

Le regard sociologique

 

Explorer les représentations et les pratiques de « l’aller mieux » dans le domaine de la santé et de la santé mentale plus particulièrement, tel est l’objectif général de cet ouvrage dont les contributions portent sur les dynamiques, les acteurs, les ressources concrètes et le vécu de la guérison, du rétablissement, du « s’en sortir ».
Souvent psychologisés ou naturalisés, les processus de l’aller-mieux sont ici analysés comme un objet à part entière de la sociologie qui livre sur eux des éclairages nouveaux.
Ces processus s’inscrivent au croisement de plusieurs domaines, celui des institutions du « normal » et du « pathologique », des politiques de soin et de care, de l’éthique et de l’existentiel. Aussi l’ouvrage donne-t-il la parole à des philosophes, des professionnels, des patients, ainsi qu’à des innovateurs, en présentant les expériences actuelles de pair-aidance en France ou dans d’autres pays.

Édition Première édition
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
Support Livre broché
Nb de pages 422 p.
ISBN-10 2-7574-1370-8
ISBN-13 978-2-7574-1370-8
GTIN13 (EAN13) 9782757413708

The Walls Don’t Speak / Les murs ne parlent pas – Jean-Robert Dantou et Florence Weber

La trilogie The Walls Don’t Speak (Les murs ne parlent pas) est le résultat d’un dialogue de trois ans entre le photographe Jean-Robert Dantou et une équipe pluridisciplinaire en Sciences Sociales dirigée par l’anthropologue Florence Weber. Le photographe installe son studio dans diverses institutions (foyers de postcure psychiatrique, cliniques privées, hôpitaux psychiatriques) ainsi qu’au-delà de leurs murs ; travaillant directement avec les patients, leurs amis, leur famille et les soignants, sur des images significatives à leurs yeux. Dans la première partie, les auteurs mettent en perspective les représentations de la folie dans l’histoire de la photographie et proposent une série d’objets et textes présentés comme des fenêtres sur le quotidien de ceux qui sont décrits comme fous. Dans la deuxième partie, ils réfléchissent sur les frontières de la folie au travers d’une série de portraits où patients et soignants d’un foyer de postcure psychiatrique sont photographiés sans distinction. La troisième partie est un essai combinant photographie et écriture questionnant les limites de ce qui peut être photographié à l’intérieur d’une unité psychiatrique fermée.

The Walls Don't Speak / Les murs ne parlent pas

Éprouver le corps Corps appris, corps apprenant – Christine DELORY-MOMBERGER

Éprouver le corps. Au croisement des conformations sociales, des injonctions biopolitiques et des constructions biographiques individuelles, l’objet de cet ouvrage est de saisir les expériences dont le corps est le lieu, au sens d’abord le plus physique et sensible du terme. Cet éprouvé du corps est envisagé sous l’angle de « l’apprendre », d’un apprendre généralisé entendu comme la somme des processus de formation et des apprentissages de toutes natures dont le corps est à la fois l’objet et le sujet.

À travers la polysémie d’un « éprouver » renvoyant aussi bien au ressenti, à la connaissance par l’expérience qu’à la mise à l’épreuve d’un moi-corps, les auteurs invitent à une approche sensible des corps. Corps angoissé des enseignants, corps contraint des élèves, corps extrême des conduites à risque, corps transformé ou assigné dans un sexe ou un genre, corps maternant, désirant, handicapé, corps de l’artiste ou du politique : le corps est appréhendé dans son espace propre et dans les espaces qu’il déploie à partir de lui.

Ouvrage publié avec le soutien scientifique du Centre interuniversitaire de recherche EXPERICE (Paris 13- Paris 8).

Éprouver le corps

Santé et territoires – Des soins de proximité aux risques environnementaux – Marcel Calvez (dir.)

Adoptant une perspective pluridisciplinaire, cet ouvrage aborde les relations entre la santé et les territoires à partir d’une double entrée relative à l’organisation des soins de proximité et à la qualité de l’environnement de vie. De façon récente, le territoire est devenu une composante des politiques publiques de santé. Mais sa prise en compte dans la fabrication de la santé n’a pas affecté de façon sensible les cadres de pensée dominants centrés sur la responsabilité des individus pour maintenir leur santé.

Avec le soutien de la maison des sciences de l’homme de Bretagne.

Ebola, géographie d’une crise sanitaire 1994-2005

À travers l’analyse d’épidémies ayant sévi au Gabon et en République du Congo, ce livre développe une approche visant à « dénaturaliser » les épidémies de fièvre hémorragique à virus Ebola (FHVE). Que l’on convoque la notion de risque ou que l’on inspecte les interventions humanitaires associées à la gestion des épidémies de FHVE, celles-ci sous-tendent des enjeux de pouvoir et de représentations prégnants qui structurent la géographie sociale de cette maladie.

Préface de Emmanuel Éliot et Anne-Cécile Hoyez.