Archives de catégorie : 2018

Médecine et Justice Volume 36 n°4 — Déc. 2018

Depuis plusieurs décennies, les rapports entre justice et médecine, entre juges et médecins, font l’objet de vifs débats. Ce numéro de Sciences Sociales et Santé propose un regard croisé sur deux types de situations – lorsque les médecins apportent leur concours à l’institution judiciaire ; lorsqu’ils sont mis en cause devant les tribunaux. Ces situations sont fréquemment abordées au prisme de deux grands phénomènes : d’un côté, la professionnalisation de l’expertise judiciaire et ses effets sur l’indépendance des juges ; de l’autre, la judiciarisation des soins et ses conséquences sur les pratiques médicales. Après avoir rappelé les enjeux des débats actuels, ce numéro s’attache résolument à aller observer ces situations en pratique.

En poussant la porte des salles d’autopsie en Inde, ou des consultations médico-judiciaires d’Ile-de-France, les articles de Fabien Provost et de Romain Juston donnent à voir le travail concret des médecins légistes chargés, pour les uns, de déterminer les causes de la mort, pour les autres, d’évaluer le nombre de jours d’incapacité de travail qui pèsera sur l’orientation des poursuites des victimes de violences. Les articles montrent les spécificités de l’exercice du jugement médical en contexte judiciaire, à travers les anticipations que ces médecins forment sur les conséquences de leurs évaluations devant les tribunaux, ou les postures qu’ils adoptent en s’engageant sous le mode de la « sollicitude médicale » à l’égard des victimes ou sous celui du médecin « redresseur de torts ». Les auteurs mettent en évidence l’hétérogénéité des pratiques des légistes, ses fondements et les questions qu’elle pose, aux médecins eux-mêmes, et à la société dans son ensemble.

Janine Barbot et d’Anthony Stavrianakis s’intéressent, quant à eux, aux schémas de jugement mobilisés par différents acteurs (experts et médecins mis en cause, juges et avocats) à l’occasion de trois procès dits « médicaux ». Les deux premiers se sont déroulés en France, au-début du 19ième siècle, et ont donné lieu à des confrontations importantes autour d’une question centrale : les médecins doivent-ils être jugés devant les tribunaux ordinaires ? Si cette question paraît aujourd’hui tranchée, rien n’était moins sûr alors, et les tenants de l’irresponsabilité médicale se sont opposés à ceux qui considéraient qu’attribuer un statut d’exception aux médecins constituait une menace pour la paix sociale. Le troisième procès porte, dans les années récentes, en Suisse,sur les pratiques d’un psychiatre ayant aidé un patient atteint de troubles psychiques, à mettre fin à ses jours. Le médecin mis en cause s’avère moins victime d’une situation qui le dépasse, qu’acteur d’un jeu judiciaire à l’issue duquel les formes de régulation de la pratique du suicide assisté se trouveront infléchies. Qui juge-ton et que juge-t-on ? L’auteur montre l’embarras des acteurs médicaux, judiciaires et politiques, autour de la condamnation du médecin, auquel une grâce sera ensuite accordée.

Au prisme de ces deux types de situations – les médecins au service de la Justice / les médecins traduit en Justice, le numéro associe les démarches ethnologique, anthropologique et sociologique, pour apporter un nouvel éclairage sur les rapports entre justice et médecine.

Volume 36 n°3, sept 2018

Les centres de remise en forme « réservés aux femmes » :
une injonction à la santé d’un nouveau genre ?

Cindy Louchet*, Oumaya Hidri Ney**

Résumé : En France, depuis 2004, certains centres de remise en forme sont interdits aux hommes. Cela leur permettrait de présenter une organisation matérielle, spatiale et humaine supprimant tout enjeu de normalisation corporelle. C’est ce que nous avons mis à l’épreuve des faits en nous appuyant sur une enquête menée par observations et entretiens semi-directifs. On observe finalement que le corps demeure le lieu d’imposition privilégié de normes de genre. Des formes de contrôle social s’instaurent et contribuent à sanctionner tout écart aux normes corporelles dominantes ; leur originalité tient au fait qu’elles sont portées par les représentant-e-s de ces institutions, et non plus par les pairs, et qu’elles sont justifiées à des fins de santé.

* Doctorante en sociologie, Centre Max Weber, ATER, Faculté du sport et de l’éducation physique. Université d’Artois , Chemin du Marquage, 62800 Liévin, France ; clouchet@gmail.com   et   **Professeure des universités en STAPS, Faculté du sport et de l’éducation physique. Université d’Artois , Chemin du Marquage, 62800 Liévin, France ; oumaya.neys@univ-lille2.fr

Le paradoxe du sport: entre injonctions de santé et performance de genre (Commentaire)

Hélène Joncheray, sociologue, Laboratoire Sport, Expertise et Performance (EA 7370), Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP), 11 Avenue du Tremblay, 75012 Paris, France       helene.joncheray@insep.fr

Deux processus de sanitarisation.  L’action publique contre les violences dans le couple dans deux cantons de Suisse romande

Pauline Delage*, Marta Roca i Escoda**

* sociologue et politiste, chercheuse associée au Centre en Études Genre (Université de Lausanne) et au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (Aix Marseille Université). Pauline.Delage@gmail.com

** sociologue, Université de Lausanne, Quartier UNIL-Mouline, Bâtiment Géopolis, CH-1015 Lausanne. Marta.rocaescoda@unil.ch

Résumé : Historiquement, et dans les politiques publiques internationales, la question des violences conjugales est entendue comme l’un des produits et l’un des leviers des rapports de genre et des inégalités entre femmes et hommes. Or, avec l’institutionnalisation du problème public, ce mode de formulation est l’objet de luttes définitionnelles entre les acteurs de l’action publique contre les violences. Cet article propose d’étudier les évolutions de la compréhension de la violence conjugale par le secteur médical et de la santé. En comparant deux cantons de la Suisse romande, Genève et Vaud, cet article traite de la construction des catégories de l’action publique et propose d’analyser comment des professionnel·le·s de la santé de chaque canton ont pu façonner, voire transformer, la définition de la violence conjugale.

Violences dans le couple : sanitariser sans dégenrer  (Commentaire)

Laurent Bègue, psychologue, Université Grenoble Alpes, MSH Alpes, BP 47, 38040 Grenoble cedex 9, France ; Laurent.Begue@msh-alpes.fr


De la biopolitique à la discipline du corps. Les dynamiques de savoir-pouvoir dans les politiques de lutte contre l’obésité de l’enfant

Andrea Lutz, sociologue, Département de sociologie et Centre interfacultaire en droits de l’enfant, Université de Genève, Valais Campus, Case postale 4176, 1950 Sion 4, Suisse,   Andrea.lutz@unige.ch

Résumé : Cet article étudie, dans une perspective critique, les politiques de lutte contre l’obésité de l’enfant, en s’inspirant de la théorie du biopouvoir de Michel Foucault. A partir de l’analyse des discours produits par différentes organisations actives dans le domaine de la promotion de la santé en Suisse, l’auteur décrypte les mécanismes de savoir-pouvoir qui fondent l’architecture politique des différentes mesures sanitaires visant à lutter contre l’obésité de l’enfant qui ont émergé au cours des années 2000 dans ce contexte. Il montre comment ces politiques parviennent à construire un contrôle autour du corps des enfants, en mettant en place des mécanismes de gestion de la santé à l’échelle collective, ainsi que des pratiques d’autosurveillance du corps à l’échelle individuelle.

Les politiques d’éducation alimentaire au prisme des pratiques de terrain  (Commentaire)

Patrick Berry, sociologue, consultant en Promotion de la santé et Environnement, 15, rue de la Source, 44760, Les Moutiers en Retz, 06 29 82 28 92, pberryconsult@gmail.com et   Rémi Gagnayre, médecin, professeur en sciences de l’éducation, Laboratoire Educations et Pratiques de santé, Université Paris 13, UFR SMBH, 74, rue Marcel-Cachin, 93017 Bobigny, France, remi.gagnayre@univ-paris13.fr

Note de lecture :

Brigitte Chamak, sociologue, Centre de Recherches Médecine Sciences Santé Santé Mentale, Université Paris Descartes, 45, rue des Saints Pères, 75006 Paris

Simeng Wang, Illusions et souffrances. Les migrants chinois à Paris, Editions rue d’Ulm, Collection Sciences Sociales Paris, 2017, 220 p.

Sciences Sociales et Santé, Vol. 36, n° 1, Mars 2018

Sommaire

 

Benjamin Derbez

Les paradoxes du care dans les essais cliniques de phase I en oncologie.

Résumé : La question des rapports entre recherche et soin dans
l’expérimentation clinique fait l’objet d’un de ´bat ancien et récurrent dans le domaine de la bioéthique entre partisans d’une distinction radicale de ces deux activités et défenseurs de leur assimilation. Par delà cette perspective normative, il est nécessaire d’être attentif à leurs modes concrets d’articulation dans la mise en œuvre d’essais cliniques au quotidien. S’inscrivant dans la lignée d’une série de travaux de sciences sociales soulignant la présence irréductible de formes de soin dans la recherche, cet article s’interroge sur leur statut au prisme de la notion de care. Il mobilise des données issues d’une enquête ethnographique menée dans deux services de recherche clinique en oncologie. A  travers l’exemple des essais cliniques de phase I, il montre de quelles manières les procédures de recherches peuvent apparaître comme une façon paradoxale de « prendre soin » des malades.

Julie Henry    D’une éthique des protocoles vers une éthique des pratiques de recherche (Commentaire)


Sophie Divay

La nouvelle fabrique de la carrière des cadres de santé : entre réglementation et cooptation

Résumé :  L’hôpital est depuis quelques décennies soumis à  des mesures de contrôle et de restriction de ses dépenses. Tous les personnels hospitaliers sont confrontés à des changements fréquents, souvent contradictoires et pénibles, qui entraînent une intensification de leur charge de travail. Les dirigeants doivent compter sur des relais capables de faire accepter leurs décisions. De par leur proximité avec les soignants, les cadres de santé représentent des acteurs-clé  dont il s’agit de faire de «bons managers ». De ce fait, la fabrication de ces cadres devient un enjeu essentiel pour le « bon fonctionnement » des hôpitaux. Parallèlement aux conditions réglementaires qui régissent les carrières statutaires des personnels de la fonction publique hospitalière, se mettent en place des règles organisationnelles et locales, propres au secteur privé, relevant d’une des formes du Nouveau Management Public. Ces évolutions participent à la mutation de l’hôpital public en hôpital-entreprise.

Isabelle Feroni   Le recrutement des cadres de santé : entre profession et  intégration  institutionnelle (Commentaire)


Chloé Langeard et Guy Minguet

Généalogie des bonnes pratiques d’hygiène : Déclinaisons locales et travail d’accord dans le cas de la mucoviscidose.

Résumé : Comment la réflexion sociologique peut-elle raccorder la
question de la rationalisation des pratiques cliniques qui traverse le
développement des recommandations de bonnes pratiques avec la
temporalité de leur mise en œuvre ? Pour y répondre, cette contribution adopte une approche séquentielle multidimensionnelle qui traite des modalités par lesquelles les professionnels du soin ont
transcrit ce dispositif de précaution. Nos résultats distinguent trois
séquences : une séquence marque´e par la socialisation des patients
et l’absence d’attention a` la transmission infectieuse croise´e ;une séquence sécurisante avec l’institutionnalisation et la diffusion
d’un corps de recommandations d’hygiène ; une séquence en cours
caractérisée par un régime d’hygiène assoupli tendu entre l’observance de règles élémentaires de prévention et la poursuite d’une vie de qualité pour les patients. Au final, l’article pointe les modalités de déclinaison locale des dispositifs de recommandations par des professionnels réflexifs et stratèges, devant désormais composer avec une pluralité d’acteurs.

Jean-Pierre Gangneux    Le rôle des professionnels de santé dans la généalogie des recommandations et dans leur mise en application (Commentaire)