Archives de catégorie : 2019

Sciences Sociales et Santé, n°2, vol 37 juin 2019

Arthur Vuattoux Le traitement sanitaire de l’adolescence confrontée à la justice : une approche inter sectionnelle.

La question du traitement sanitaire des mineurs par la justice, adressée à partir d’une enquête ethnographique au tribunal pour enfants, a permis de saisir la manière dont la prise en charge des adolescents protégés ou poursuivis par la justice relève des rapports de pouvoir les plus communs, liés aux propriétés de genre, de race et de classe des individus. De la figure majoritaire de l’adolescence déviante – celle des garçons racisés de classe populaire – à la figure minoritaire des « jeunes filles roumaines » confrontées à la justice pénale, les rapports de pouvoir s’actualisent selon des modalités toujours renouvelées, avec une place du corps et du soin dans les procédures qui diffère fortement selon les propriétés sociales des jeunes

The health care of minors in the justice system : a cross-sectoral approach.

The issue of the health care of minors in the juvenile justice system, studied on the basis of an ethnographic study of the juvenile courts, has allowed to grasp the way of the judicial treatment of adolescents prosecuted or protected by the courts is entangled in a variety of power relations, related to their properties of gender, race and class. From the main figure of the adolescent deviance, the working-class racialized boys, to the minority figure of the “jeunes filles roumaines” involved in the criminal justice, the power relations are reconfiguring, with a place of body and care in the procedures which differs strongly according to the social properties of the young people.

Jean-Jacques Yvorel Justice des mineurs et « traitement sanitaire de la question sociale » : une vieille histoire ? (Commentaire)


Mathilde Bourrier         Dans les coulisses de la gestion de l’épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest (2014-2016) : l’ère de l’«OMSF»

De 2014 à 2016, la lutte contre la maladie à virus Ebola a charrié une série de controverses liées au régime d’intervention auprès des populations en Afrique de l’Ouest, qui a déstabilisé l’ensemble du dispositif de riposte. Dans cette crise, les Médecins Sans Frontières (MSF) ont tout particulièrement occupé le devant de la scène médiatique. Par contraste l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mobilisée également, s’est faite plus discrète. Les experts de ces deux organisations, poids lourds du système de santé globale, se sont affrontés au sein d’arènes de négociation techniques sur le terrain de l’efficacité de la réponse, sur les moyens d’endiguer l’épidémie, sur l’attitude à adopter face aux populations affectées. Les tensions qui se sont manifestées, ne sont pas le seul fruit d’un positionnement stratégique d’acteurs aux prises avec la défense d’un territoire sur l’échiquier de la santé globale. Elles révèlent les implicites des modes d’intervention et charrient, dès le début, tout un univers de prescriptions génériques, difficilement remises en cause par les acteurs de la réponse. L’objectif dans cet article est de déployer une analyse capable de présenter une incarnation des débats en actes autour de trois controverses concrètes: i) la lenteur de réaction de l’Organisation Mondiale de la Santé à déclarer une urgence de santé publique de portée internationale ; ii) la mise à jour des protocoles concernant les Personal Protective Equipment (PPE) utilisés sur le terrain par les soignants ; et iii) le non-engagement principalement de l’organisation Médecins Sans Frontières dans des solutions alternatives au centre de traitement centralisé. En conclusion, on présentera comment des savoirs importants pour l’action, venant en particulier des anthropologues semblent avoir été oubliés au moment d’enclencher les interventions d’urgence, avec comme conséquence d’handicaper les modalités de déploiement de la réponse internationale à une épidémie sans précédent.

Behind the scenes of the Ebola epidemic management in West Africa (2014-2016): the era of OMSF

From 2014 to 2106, the fight against the Ebola virus led to a series of controversies in connection with the interventions that took place among the populations of West Africa. This situation upset the entire response mechanism. In this crisis, Doctors without Borders (MSF) maintained a high profile in the media, as opposed to the WHO, which also mobilized but took a backseat in terms of media attention. The experts from both Continuer la lecture de Sciences Sociales et Santé, n°2, vol 37 juin 2019

Volume 37, n°1, mars 2019

SOMMAIRE

Enfants agités, familles bouleversées. Enjeux et usages familiaux du diagnostic de TDA/H

Aude Béliard, Jean-Sébastien Eideliman, Maïa Fansten, Sarra Mougel, Maëlle Planche, Sébastien Vaumoron*

Résumé : Notion aux contours flous et objet de vives controverses, l’agitation infantile est un cas exemplaire pour mettre en lumière les liens complexes entre qualification des troubles et organisation familiale. Au sein d’un paysage très morcelé, éclaté entre différents symptômes, approches professionnelles et modes de prise en charge, nous nous centrons ici sur l’expérience de familles adhérentes de l’association HyperSupers TDA/H France. Notre enquête, qui repose sur 37 entretiens conduits auprès de 27 familles différentes nous conduit à relativiser fortement une interprétation en termes de médicalisation de l’échec scolaire. Si certains pans de l’existence de l’enfant sont médicalisés, des processus contradictoires sont également en jeu. La quête diagnostique est sous-tendue par d’autres logiques, liées autant aux enjeux scolaires qu’aux trajectoires sociales et aux configurations familiales. Le diagnostic de TDA/H apparaît ainsi comme une occasion pour les parents de reprendre la main dans plusieurs domaines. Par ailleurs, les différentes formes de « traitement » des troubles, de l’usage d’un médicament à la transformation des pratiques éducatives, invitent à distinguer médicalisation et pathologisation : la place prise par une lecture en termes de problèmes de santé n’est pas forcément corrélée à l’usage de pratiques associées au champ médical, comme la prise de médicaments. Au contraire, le médicament peut être pris dans une perspective de normalisation de la situation, tandis qu’un travail sur les pratiques éducatives peut s’accompagner d’une mise en exergue du caractère pathologique de la situation.

*Aude Béliard, Maïa Fansten, Maëlle Planche, Sébastien Vaumoron, sociologues, Université Paris Descartes, CERMES3, 45 rue des Saints-Pères 75006 Paris ; aude.beliard@parisdescartes.fr Jean Sébastien Eideliman, Sarra Mougel, sociologues, CERLIS, 45 rue des Saints-Pères 75006 Paris ;

Enfants agités ? TDA/H ? Ecoutons les enfants et leurs familles

Commentaire Jean-Michel Delile, médecin psychiatre, CEID (Comité d’Etude et d’Information sur la Drogue, 20 place Pey-Berland 33000 Bordeaux ; jm.delile@ceid-addiction.com



Raconter sa déraison. Émotions et crédibilité de la parole de représentantes d’usagers en santé mentale

Baptiste Godrie*

Résumé. Cet article traite des liens qui unissent les émotions et la mobilisation de militants qui participent à un comité d’organisation des services de santé mentale d’un établissement du réseau de la santé au centre-ville de Montréal. La perspective historique fait ressortir un déplacement des espaces dans lesquels se jouent les luttes des militants pour la défense des droits en santé mentale. Auparavant actifs hors des cadres institutionnels au sein d’associations d’usagers, ces derniers intègrent de plus en plus des espaces de participation façonnés par les pouvoirs publics. Ce déplacement s’accompagne d’un discrédit de certaines émotions comme la colère et l’indignation qui ont pourtant servi de levier de transformation des institutions publiques.

*Baptiste Godrie, sociologue, Université de Montréal Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté, CREMIS, 66 rue Sainte-Catherine Est, Montréal (Québec) H2X 1K7, Canada : baptiste.godrie@umontreal.ca.

Implication des usagers en santé mentale : un défi permanent

Commentaire * Jean-Luc Roelandt, Psychiatre, directeur du Centre collaborateur de l’OMS : ccoms@epsm-lm.fr


Seulement s’ils veulent mourir. Les urgences générales face aux patients suicidaires

Philippe Le Moigne*, Florian Pisu**

Résumé. En France, la majorité des tentatives de suicide connues est prise en charge par les urgences générales. Près d’un quart de ces patients font l’objet d’une ré-hospitalisation pour le même motif moins de quatre ans après leur première admission. Sachant que la récidive constitue l’un des éléments les plus prédictifs d’un suicide à venir, l’article tente de comprendre pourquoi les urgences ne parviennent pas à mieux endiguer ce risque. Fondée sur l’observation ethnographique de trois services, cette recherche met en lumière une série de facteurs tant internes qu’externes aux urgences. Elle montre en particulier comment les priorités d’intervention des services, les conditions d’échanges avec les patients et la caractérisation de la crise suicidaire par les personnels soignants contribuent à façonner une prise en charge qui n’est congruente qu’en partie avec les préconisations médicales


* Philippe Le Moigne, sociologue, INSERM CERMES3, 45 rue des Saints-Pères 75006 Paris; philippe.lemoigne@sfr.fr
** Florian Pisu, sociologue, CERMES3, 45 rue des Saints-Pères 75006 Paris

Les pratiques psychiatriques et psychologiques auprès des suicidants en service d’urgence : entre paradoxalité, conflictualité et innovation

Commentaire. François Danet Psychiatrique et chercheur en psychologie, Ecole de Psychologues Praticiens de Lyon, Institut Catholique de Paris ; françoisdanet@orange.fr

NOTES DE LECTURE

Löwy Ilana.
Tangled Diagnoses. Prenatal Testing, Women, and Risk. Chicago, University of Chicago Press, 2018, 319 pages

Elsa Boulet, Centre Max Weber (CNRS, ENS Lyon, Université Lyon 2, Uni-versité Jean Monnet) ; IRIS (EHESS, CNRS, INSERM, Université Paris 13)

Coulomb Laureline.
Le soin des personnes sans domicile. Entre malentendus et négociations. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2018, 278 pages

Gabriel Uribelarrea, Centre Max Weber (CNRS, ENS Lyon, Université Lyon 2, Université Jean Monnet)

REMERCIEMENTS au Comité de lecture en 2018 https://sss.hypotheses.org/wp-admin/post.php?post=1242&action=edit