Archives de catégorie : Billets

Médecine et Justice Volume 36 n°4 — Déc. 2018

Depuis plusieurs décennies, les rapports entre justice et médecine, entre juges et médecins, font l’objet de vifs débats. Ce numéro de Sciences Sociales et Santé propose un regard croisé sur deux types de situations – lorsque les médecins apportent leur concours à l’institution judiciaire ; lorsqu’ils sont mis en cause devant les tribunaux. Ces situations sont fréquemment abordées au prisme de deux grands phénomènes : d’un côté, la professionnalisation de l’expertise judiciaire et ses effets sur l’indépendance des juges ; de l’autre, la judiciarisation des soins et ses conséquences sur les pratiques médicales. Après avoir rappelé les enjeux des débats actuels, ce numéro s’attache résolument à aller observer ces situations en pratique.

En poussant la porte des salles d’autopsie en Inde, ou des consultations médico-judiciaires d’Ile-de-France, les articles de Fabien Provost et de Romain Juston donnent à voir le travail concret des médecins légistes chargés, pour les uns, de déterminer les causes de la mort, pour les autres, d’évaluer le nombre de jours d’incapacité de travail qui pèsera sur l’orientation des poursuites des victimes de violences. Les articles montrent les spécificités de l’exercice du jugement médical en contexte judiciaire, à travers les anticipations que ces médecins forment sur les conséquences de leurs évaluations devant les tribunaux, ou les postures qu’ils adoptent en s’engageant sous le mode de la « sollicitude médicale » à l’égard des victimes ou sous celui du médecin « redresseur de torts ». Les auteurs mettent en évidence l’hétérogénéité des pratiques des légistes, ses fondements et les questions qu’elle pose, aux médecins eux-mêmes, et à la société dans son ensemble.

Janine Barbot et d’Anthony Stavrianakis s’intéressent, quant à eux, aux schémas de jugement mobilisés par différents acteurs (experts et médecins mis en cause, juges et avocats) à l’occasion de trois procès dits « médicaux ». Les deux premiers se sont déroulés en France, au-début du 19ième siècle, et ont donné lieu à des confrontations importantes autour d’une question centrale : les médecins doivent-ils être jugés devant les tribunaux ordinaires ? Si cette question paraît aujourd’hui tranchée, rien n’était moins sûr alors, et les tenants de l’irresponsabilité médicale se sont opposés à ceux qui considéraient qu’attribuer un statut d’exception aux médecins constituait une menace pour la paix sociale. Le troisième procès porte, dans les années récentes, en Suisse,sur les pratiques d’un psychiatre ayant aidé un patient atteint de troubles psychiques, à mettre fin à ses jours. Le médecin mis en cause s’avère moins victime d’une situation qui le dépasse, qu’acteur d’un jeu judiciaire à l’issue duquel les formes de régulation de la pratique du suicide assisté se trouveront infléchies. Qui juge-ton et que juge-t-on ? L’auteur montre l’embarras des acteurs médicaux, judiciaires et politiques, autour de la condamnation du médecin, auquel une grâce sera ensuite accordée.

Au prisme de ces deux types de situations – les médecins au service de la Justice / les médecins traduit en Justice, le numéro associe les démarches ethnologique, anthropologique et sociologique, pour apporter un nouvel éclairage sur les rapports entre justice et médecine.

Volume 36 n°2, juin 2018

Clément Perrier, Claire Perrin

Éduquer le patient ou transformer l’action publique ?                                    Analyse socio-historique d’une association pour le développement de l’éducation thérapeutique du patient.

 Résumé.

En France, l’Education Thérapeutique du Patient s’est développée
au travers de la formation des professionnels et d’activités de recherche portées par les mondes associatifs et académiques.
L’étude socio-historique d’une des associations françaises les
plus anciennes (l’Afdet) mobilise conjointement des cadres
théoriques de sociologie de la santé et de science politique.
Elle analyse le corpus des revues publiées depuis1990 par
l’association et un recueil de vingt deux entretiens avec des
acteurs-clés. Si la posture réformatrice apparaît comme une
continuité de l’histoire de l’association, elle fait l’objet de tensions entre les acteurs a` l’origine de deux reconfigurations importantes. C’est une conception nouvelle du processus de soin et de santé
qu’entend diffuser ce collectif analysé comme un « laboratoire
d’ingénierie des idées », révélateur d’une contribution à  l’action
publique en marge des institutions.

Cécile Fournier, Aurélien Troisoeufs  (Commentaire)

Éduquer le patient ou transformer l’action publique : un espace
d’expression pour les patients.


Odile Piriou, Jérôme Thomas

Procédés et effets du pouvoir disciplinaire aux urgences.
Le cas de l’accueil des patients alcooliques.

Résumé

En s’appuyant sur une enquête ethnographique, cet article
vise à comprendre les modalités de mise en œuvre du pouvoir
disciplinaire aux urgences de l’hôpital dans la prise en charge de
patients alcoolisés. Il étudie les procédés disciplinaires qui étayent cette prise en charge. Puis il confronte ces procédés aux usages
qu’en font les patients. L’analyse rend compte du fait que le pouvoir
disciplinaire ne s’impose pas massivement ni unilatéralement
sur les individus, mais qu’il est plutôt le résultat de rapports  de
forces instables qui surgissent de la rencontre entre patients et soignants.

Olivier Taïeb  (Commentaire)

Le pouvoir disciplinaire dans l’accueil aux urgences des patients
alcooliques : des contraintes mais aussi des surprises.


Thibaud Marmorat,  Catherine Rioufol,  Florence Ranchon,      Anne-Gaëlle Caffin,  Marie Préau

Expériences médicamenteuses et expériences du cancer.
L’appropriation des anticancéreux oraux par les patients.

Résumé

La part grandissante des thérapies orales fait apparaître une
mutation dans l’organisation du projet thérapeutique en cancérologie. Tandis que l’administration d’une chimiothérapie
injectable est assurée par une infirmière, et le plus souvent
à l’hôpital, il appartient au patient sous anticancéreux oral de prendre son traitement au domicile, en suivant les recommandations médicales qui lui sont associées. Fondée sur une approche psychosociale, cette recherche a pour objectif de saisir la manière dont les savoirs profanes, les normes et les valeurs sociales participent à l’appropriation des anticancéreux oraux par
les patients, et le rôle que le médicament joue dans la symbolisation du cancer. L’étude montre le caractère indissociable de la
perception des anticancéreux oraux et des représentations que
les patients ont de leur maladie. Le sens conféré au suivi
de ce traitement renvoie à la valorisation de l’autonomie
médicamenteuse, reflétant plusieurs formes de participation
au soin et plusieurs types d’attentes concernant l’implication familiale et thérapeutique de l’entourage.

Benjamin Derbez   (Commentaire)

L’expérience comme objet de sciences sociales.

 

Sciences Sociales et Santé, Vol. 35, n° 4, décembre 2017

Sommaire

 

Nicolas Lechopier, Chloé Hamant

Accompagner et prévenir. Tensions éthiques dans le dépistage du cancer colorectal

Résumé : Cet article présente les résultats d’une enquête concernant l’éthique de la prévention. Elle a été réalisée au sein d’une recherche interventionnelle en santé des populations, mobilisant des médiateurs (navigateurs) pour corriger les inégalités de participation au dépistage organisé du cancer colorectal dans 5 départements français. Quatre tensions éthiques émergent sur le terrain, à propos de l’incertitude du test, de l’organisation des campagnes, de l’intrusion dans le domaine privé et de l’universalisme proportionné. Ces tensions sont décrites à partir d’une enquête ancrée dans une approche

Marie Préau  Interventions de santé publique et questionnements éthiques (Commentaire)


Jeremy K. Ward   

La critique vaccinale au temps du vaccin contre la grippe A(H1N1). Comparer les comparaisons

Résumé : A partir du cas de la campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1) (2009-2010), cet article s’intéresse aux critiques contemporaines des vaccins. L’attention est portée aux manières dont certains acteurs ont remis en cause la sécurité de ce vaccin en le comparant à d’autres vaccins mais aussi à d’autres objets, politiques publiques, scandales et évènements passés. Cette approche met en évidence les différences importantes de politisation de la thématique vaccinale. Ces différences traduisent la diversité de trajectoires qui ont mené ces acteurs à critiquer ce vaccin contre la grippe A(H1N1) en particulier ou la vaccination en général. De plus, cette attention aux pratiques de comparaison conduit à souligner l’importance des enjeux de crédibilité scientifique auxquels ces acteurs font face, avec notamment le spectre de la stigmatisation comme « antivaccin ».

Frédéric Keck  Critiquer la vaccination : monter en généralité ou en singularité ? (Commentaire)


Josiane Tantchou 

 En Afrique, la matérialité du soin au cœur des tensions soignants-soignés ?

Résumé : Le soin en Afrique a fait l’objet de nombreuses études de sciences sociales. Malgré la richesse des travaux existants sur ce sujet, un point reste insuffisamment analysé : la matérialité du travail des soignants et son impact sur les relations entre soignants et soignés. C’est ce point qui est analysé dans cet article. En nous inspirant des travaux de Lussault, d’une part, et de ceux d’Akrich, d’autre part, nous suggérons que, en sus d’autres facteurs pointés par la littérature existante, les tensions entre soignants et soignés sont la conséquence d’une adaptation incessante de l’espace aux activités courantes, de la volonté d’avoir une certaine emprise sur ces activités en anticipant les discontinuités qui pourraient survenir, et, enfin, de la fatigue résultant de ce travail permanent d’adaptation et d’anticipation.

Tahar Hakim  Benchekroun  Organiser la participation et l’agir collectif  pour rendre le travail supportable (Commentaire)

Vient de paraitre – Volume 34, Numéro 2, juin 2016

La reconfiguration des enquêtes et des normes alimentaires en France : le service nutrition  de l’Institut national d’hygiène
Thomas Depecker, Anne Lhuissier

Résumé. Ce papier porte sur une période charnière dans l’histoire de la quantification des consommations alimentaires en France et des normes nutritionnelles qui y sont liées. L’expérience de la Seconde Guerre mondiale modifie non seulement le contenu de ces normes (par exemple, les quantités de protéines ou de calories recommandées) mais surtout, elle bouleverse la manière dont elles sont mesurées et mises en application. À la notion précédemment dominante de « ration » — entendue comme le rapport exact entre aliments consommés, travail produit et énergie dépensée — fait place celle de « standard » qui permet d’évaluer les niveaux de consommation à partir desquels se développent certaines maladies. L’introduction de la dimension clinique dans les enquêtes alimentaires s’effectue à la faveur du rôle joué par les médecins américains de la Fondation Rockefeller en 1940 dans la création de
l’Institut de recherche d’hygiène à Marseille et l’orientation des recherches qui sont menées au sein du service nutrition.
Mots-clés : enquêtes nutritionnelles, Fondation Rockefeller, Institut
national d’hygiène, guerre.

Finalités de la recherche en nutrition. Perspectives à partir d’une réflexion historique Jean-Michel Lecerf (commentaire)

 

Prendre en compte la santé dans les politiques publiques.
Étude d’un régime de gouvernementalité au Québec
Pernelle Smits, Johanne Préval, Jean-Louis Denis

Résumé. Le secteur de la santé dépasse largement la seule activité de soins et implique une variété de secteurs qui agissent sur les déterminants de la santé. Ainsi, nombre de politiques publiques en santé requièrent une intervention multisectorielle. Nous avons utilisé la perspective de Foucault sur la gouvernementalité pour comprendre une initiative intersectorielle — la prise en compte de la santé dans les politiques publiques — dans le contexte du Québec. Les données proviennent de 61 entretiens avec les gestionnaires et professionnels en charge de son implantation en 2012 et de rapports ministériels afférents. Après avoir considéré chacun
des quatre éléments d’un régime de gouvernementalité (l’objet, les cibles, les formes de gouvernement et les régimes de visibilité), nous en dégageons des sous-éléments spécifiques : l’acteur imputable, le type de savoirs mobilisés, la direction du partage des savoirs, les premier, deuxième et troisième cercles de contacts impliqués, la spécificité et la généralité du régime de visibilité et la fréquence et le caractère formel des interactions. Ces sous-éléments peuvent servir de guide pour d’autres études intéressées par l’analyse d’un régime de gouvernementalité.
Mots-clés : gouvernementalité, santé, action horizontale.

 

De « la santé dans toutes les politiques » à « toutes les politiques dans la santé » : le régime de visibilité de la prise en compte de la santé dans les politiques de l’Union européenne Sébastien Guigner (commentaire)

 

La fabrication d’un contrat local de santé « expérimental ». Négociations et compromis sous tensions
Nadine Haschar-Noé, Émilie Salaméro

Résumé. La recherche présentée se focalise sur les étapes de fabrication d’un Contrat local de santé entre l’Agence régionale de santé et des collectivités territoriales en région Midi-Pyrénées (France). À partir d’une socio-ethnographie de l’action publique en train de se faire, sont analysés les jeux d’acteurs, les tensions et les modalités des négociations qui rythment chemin faisant la construction des accords et compromis entre les différents signataires. Nous montrons que cet instrument contractuel constitue un terreau de tensions et de résistances, de négociations
et de compromis sur de nombreux points : tant sur le diagnostic
sanitaire du territoire et la pertinence du périmètre choisi que sur ses contenus et ses modalités de gouvernance territoriale.

Mots-clés : inégalités sociales et territoriales de santé, action publique, instrumentation, gouvernance.

Les contrats locaux de santé : un (timide) pas de plus vers
une construction locale de la santé ? Sébastien Fleuret (commentaire)