Archives par mot-clé : Note de lecture

Le numéro 7 de la Revue d’histoire de la protection sociale

couverture_rhps_7

SOMMAIRE DE LA REVUE D’HISTOIRE DE LA PROTECTION SOCIALE N° 7 – 2014

- La protection de l’enfance à l’Hospice St-Joseph des Soeurs Grises de Montréal (1854-1911) par Marie-Christine Giroux
- Le gouvernement des grossesses en France (1920-1970) par Fabrice Cahen
- L’enfermement des aliénés. L’asile de Stephansfeld (Bas-Rhin, 1835-1860 et la loi de 1938) par Lydie Couturier
- Le placement public à Paris. De la bienfaisance à la lutte contre le chômage (1880-1910) par Benjamin Jung
- Georges Cahen-Salvador. Un réformateur social dans la haute administration française (1875-1963) par Alain Chatriot

SOURCES ET TEMOIGNAGES

- Un des fondateurs des assurances sociales : Georges Cahen-Salvador par Michel Laroque

- Georges Cahen-Salvador et les assurances sociales par Pierre Laroque

- Rapport sur le nouveau projet de loi sur les assurances sociales (1921). Extraits par Georges Cahen-Salvador

COMPTES-RENDUS

Penser la protection sociale

- Eric Jabbari, « Pierre Laroque and the Welfare State in Postwar France) » par Bruno Valat
- Christine Moissinac et Yves Roussel, « Jules-Louis Breton (1872-1940) Un savant parlementaire) » par Catherine Rollet

Institutions

- Mathieu Peter, « Les orphelinats du Tarn sous la Troisième République) » par Catherine Rollet
- Yannick Marec et Daniel Réguer, « De l’hospice au domicile collectif. La vieillesse et ses prises en charge de la fin du XVIIIe siècle à nos jours) » par Marthe Gilson
- Florence Weber, Loïc Trabut, Solène Billaud (dir), « Le salaire de la confiance. L’aide à domicile aujourd’hui) » par Pierre Vidal-Naquet

L’Etat social catégoriel ?

- Christèle Chaineaud, « La protection sociale contemporaine de la veuve (1870-1945)) » par Peggy Bette
- Tom Chevalier, « L’Etat-providence et les jeunes) » par Léa Lima

ACTUALITES DE L’ASSOCIATION POUR L’ETUDE DE L’HISTOIRE DE LA SECURITE SOCIALE

  • Activités générales
  • Activités des comités régionaux
  • Publications
  • Prix 2014

Numéro spécial Essais cliniques, production de la preuve et mutations de la biomédecine

166860_FOURNITURE

Pascale Bourret, Philippe Le Moigne : Éditorial

 

Alberto Cambrosio, Peter Keating, Nicole Nelson : Régimes thérapeutiques et dispositifs de preuve en oncologie : l’organisation des essais cliniques, des groupes coopérateurs aux consortiums de recherche

Résumé. À partir d’une analyse empirique du développement de l’oncologie médicale et, en particulier, des essais cliniques au coeur de ces pratiques,
cet article examine la question du lien entre innovation organisationnelle et innovation épistémique. Il explore comment les régimes
thérapeutiques déployés par les cancérologues comptent parmi les actants principaux du style de pratique centré sur la performance d’essais
cliniques, sans que l’on puisse dire si ces régimes relèvent du domaine de la connaissance ou de celui de l’organisation. L’article introduit la notion
de regimen pour dépasser la distinction organisation-cognition. À près de 50 ans de distance, des solutions différentes, bien que reliées par une
dépendance du sentier, ont été mises en place en réponse à un même problème — l’accélération des échanges entre clinique et laboratoire. Nous
sommes confrontés dans les deux cas à des réseaux sociotechniques très différents pour lesquels il faut prendre en compte la composition, ce que
permet la notion de regimen. Notre étude est centrée sur l’oncologie, mais la notion de regimen pourrait offrir, dans d’autres domaines, une alternative
à des notions comme celle de communautés épistémiques, et contribuer ainsi au dépassement de la distinction entre objets et pratiques.

Mots-clés : essais cliniques, oncologie, groupes coopérateurs, consortiums de recherche, recherche translationnelle.

Baptiste Moutaud : Pour le bien de tous et l’intérêt de chacun. Essai clinique et innovation organisationnelle en psychochirurgie

Résumé. Cet article retrace l’élaboration d’un essai clinique multicentrique français en psychochirurgie (i.e. le traitement chirurgical des troubles
mentaux). À partir d’une observation ethnographique, il décrit comment un collectif de chercheurs et cliniciens est parvenu à faire émerger
une pratique innovante et viable en adaptant la technologie à des enjeux et contraintes scientifiques et éthiques qui complexifiaient l’entreprise
et lui étaient supérieurs. Il évoque ainsi comment un essai clinique peut être utilisé comme ressource stratégique et comme lieu de création
et de réflexivité, adapté localement aux situations complexes de son utilisation. Marqué et façonné par son contexte d’élaboration, cet essai a
suscité une innovation organisationnelle. Il a déplacé l’enjeu de démonstration lié à l’efficacité du traitement vers celui de la constitution d’un
réseau de recherche innovant en psychiatrie.

Mots-clés : essai clinique, psychochirurgie, psychiatrie, innovation organisationnelle.

Tiago Moreira : La démence, entre laboratoire et marché

Résumé. Depuis deux décennies, la recherche en sciences sociales sur les essais cliniques se divise en deux types de travaux rarement mis en relation
: les uns portent sur les pratiques et les cultures épistémiques des essais cliniques, les autres explorent les liens entre les essais cliniques et
les transformations plus larges de l’exercice et de la répartition du pouvoir au sein de l’ordre néolibéral. Dans cet article, je propose une approche
empirique pour analyser les dimensions à la fois épistémique et politique des essais cliniques. Comment les procédures de production de
connaissances des essais cliniques sont-elles liées — dans la pratique — au formatage politique de la biomédecine et des soins de santé ? Pour
répondre à cette question, j’examine la dynamique d’une controverse publique sur la valeur de traitements contre la démence au Royaume-uni
entre 2005 et 2008. Je suggère que cette controverse a opposé deux manières de relier les connaissances à la politique des soins de santé. La
première mobilisait un idéal d’efficience fondé sur le déploiement d’instruments de coût-utilité et visait ainsi à soumettre les soins médicaux à la
logique du marché. La seconde s’appuyait sur un idéal d’efficacité, invoquant une tradition de science expérimentale et une version idéalisée du
rôle du laboratoire dans l’établissement de l’ordre social.

Mots-clés : essais cliniques randomisés, QALY, démence, controverses publiques, régimes de justification.

Patrick Castel : Note de lecture. Les dimensions organisationnelles de la biomédecine. À propos de Peter Keating & Alberto Cambrosio, Cancer on Trial. Oncology as a New Style of Practice

Note de lecture sur Three shots at prevention. The HPV vaccine and the politics of medicine’s simple solution par Oumy Thiongane

 

 

thumbLe tollé levé par la décision des autorités sanitaires américaines de rendre obligatoire chez les jeunes filles la vaccination contre le Papillomavirus humain (HPV) justifie la réunion de cette vingtaine de contributions multidisciplinaires. Présenté comme une chronique, l’ouvrage dirigé par Keith Wailo regroupe les contributions d’historiens et de sociologues de la médecine mais également de spécialistes de la bioéthique sur les controverses qui ont jalonné l’introduction du vaccin, Gardasil de Merck et dans une moindre mesure de Cervarix de GlaxoSmithKline contre le HPV.

 

Approuvé en 2006 pour la prévention primaire contre le HPV, le Gardasil a été rendu obligatoire aux États-Unis pour la prévention du cancer du col de l’utérus. Le vaccin est disponible dans les cliniques privées et gratuit pour les adolescentes qui ne bénéficient pas d’assurance sociale. Il a été ensuite introduit par les services de santé publique du Danemark, de la France, de l’Italie, de l’Allemagne, de l’Espagne, de la Hollande et du Royaume-Uni. Dans les pays à faible revenu, des négociations multilatérales avec des consortiums, des agences philanthropiques et les états ont permis sa subvention.

 

Le livre est divisé en 4 parties assez inégales. La première adopte une perspective diachronique. La seconde revient sur les incertitudes autour du lien entre HPV et cancer. La troisième partie concerne la question des perceptions du vaccin obligatoire et des espaces privés dans la controverse. La quatrième partie adopte une perspective internationale et une comparaison entre des contextes nationaux différents.

 

Un rappel de l’histoire de la vaccination obligatoire et leur lien avec le politique aux États-Unis permet de poser le contexte des mouvements d’opposition et des discours sur la vaccination. Les historiens ont rappelé d’abord  la complexité du débat aux États-Unis, entre intérêt de santé publique et sauvegarde de la liberté individuelle chère non seulement aux mouvements des chrétiens conservateurs promouvant les valeurs d’abstinence et de fidélité dans le couple, mais également aux ligues anti vaccination.

 

Le cœur des contributions est de rappeler les taches aveugles délibérées de l’agressive campagne publicitaire et préventive de Merck intitulée « One less » pour promouvoir le Gardasil.

Premièrement, le vaccin a été présenté de façon ambigüe comme un préventif contre le cancer du col de l’utérus. Deuxièmement, il cible une catégorie construite « girlhood » dont la réalité sociale est complexe.

Or, les chercheurs rappellent que la causalité unique retenue du cancer du col de l’utérus (le papillomavirus humain) oblitère les causes socioéconomiques de la maladie. Le même virus est impliqué pour d’autres types d’infections sexuellement transmissibles et de cancer notamment anal, oral et du pénis des maladies présentes chez les hommes entretenant des rapports sexuels avec hommes, réalités évacuées par la campagne « One less ». Or, le vaccin Gardasil a été présenté comme un outil  à destination de la population féminine laissant en plan les cancers ano-génitaux de l’homme. Steven Epstein (chapitre 4) met cet aveuglement en lien avec les relations idéologiques entre un groupe médicalement marginalisé (les gays), un organe socialement invisible (l’anus) et une pratique sexuelle socialement stigmatisée (le sexe anal). La mise à l’écart des types de cancers répandus chez les gays en dépit de la réalité épidémiologique rentre dans l’ordre de l’homophobie et d’une certaine morale sexuelle présente au sein des industriels pharmaceutiques.

 

En destinant le vaccin contre le cancer du col de l’utérus, la campagne a prêté le flanc aux arguments des lobbys anti vaccination plaidant la liberté de choix et qui soulignent que nul ne peut obliger une personne à se vacciner si la santé communautaire n’est pas mise en jeu. Les analyses ont mis en exergue le grand fossé entre certaines perceptions individuelles de la vaccination obligatoire contre le HPV et les objectifs de l’entreprise pharmaceutique Merck. Des opposants au vaccin dont des conservateurs religieux lient l’obligation de se vacciner à une intrusion dans l’éducation sexuelle de leurs enfants tandis que Merck fait prévaloir une citoyenneté vaccinale responsable résumée par la formule du « do it yourself biological project ». Or exiger la vaccination obligatoire à partir de 11 ans contre une infection sexuellement transmissible pose un problème éthique sérieux aux parents. Est-ce que de bon parents vont refuser de faire vacciner leurs enfants s’interrogent à brule pourpoint les spécialistes de la bioéthique, Nancy Berlinger et Alison Jost (chapitre 11) ? Partagés entre le devoir de contribuer au bien être de leur enfant, de décider pour lui et de lui garantir une éducation sexuelle conforme à leurs valeurs, le dilemme de l’éthique de la responsabilité parentale n’est pas négligeable dans cette affaire. Dans plusieurs états américains, la vaccination obligatoire contre le HPV a heurté certaines valeurs familiales accordant une place importante à l’abstinence conçue comme une vertu négociée dans le cadre de l’espace privé. Certains parents craignent que l’obligation de se vacciner contre le HPV soit une usurpation par l’Etat de l’autorité parentale. Analysées finement, les controverses donnent un éclairage sur ce glissement du public dans le privé perçu tantôt comme une agression tantôt comme révélateur d’une instrumentalisation de la science au profit des affinités entre lobby chrétien et politiciens (chapitre 12) ou encore la corruption des pouvoirs publics par les intérêts pharmaceutiques.

Par exemple, sous la présidence de George W. Bush des demandes de contre-expertise ont été faites par des groupes conservateurs pour revenir sur certains consensus scientifiques, de ce fait les mouvements (anti-avortement, anti-vaccination HPV, etc.) influencent les études scientifiques menées sur la sexualité et les crédits de recherche qui leur sont alloués. Plus révélateur, cet activisme est présent dans les agences scientifiques fédérales les plus renommées du pays tels que la National Institute of Health (NIH), le Center for Diseases Control (CDC) et le Food and Drug Administration (FDA) où les membres des comités consultatifs émettent des avis conformes à des idéaux religieux et conservateurs.

L’éclairage sur les accointances et l’incroyable confusion entre intérêt pharmaceutique et politique, entre pouvoir et médecine est un autre révélateur d’une biopolitique où le corps des migrants concernés par la vaccination obligatoire est également un enjeu de politique et de polissage pour accéder à la citoyenneté américaine.

 

Les contributions en contrepoint sur les controverses liées au vaccin en Afrique fournissent une profondeur d’analyse et une perspective comparative non négligeable pour décloisonner le débat. Il est rappelé que 60% des cancers du col de l’utérus ont lieu dans les pays du Sud, là où le vaccin reste pourtant inaccessible pour la majorité des populations (les trois doses nécessaires du Gardasil coûtent 360$). Un paradoxe qui n’en est pas un si l’on ne perd pas de vue que Merck n’est pas une société philanthropique et que faire du profit est une des premières lois des industries pharmaceutiques. Dans la plupart des pays d’Afrique comme le Niger ou la Gambie, le cancer du col de l’utérus n’est pas une préoccupation de santé publique notamment du fait du manque de plateau technique permettant des frottis et du matériel de diagnostic. Le débat ne se pose donc pas  dans les mêmes termes. Par contre en Afrique du Sud mais également dans les pays comme le Botswana où la prévalence du VIH est élevée et où il existe un plateau technique pour diagnostiquer le cancer du col de l’utérus, le scepticisme des classes aisées est parfois similaire aux réticences des populations américaines notamment, dans la perception des intérêts mercantiles des industriels pharmaceutiques comme Merck. S’il y a en réalité un parallèle à faire, une similitude entre les États-Unis et l’Afrique, elle se situe sur les mêmes perceptions : la peur que la vaccination contre le HPV pour les premiers et contre la polio pour la seconde contrevienne à la sexualité et à l’infertilité des vaccinés. Les deux sentiments bien que se nourrissant de contextes différents : aux États-Unis prévaut une  méfiance face à un interventionnisme étatique de plus en plus grand sur les corps et en Afrique de la défiance face à une survaccination et des campagnes répétées contre une maladie (la poliomyélite) dont le risque perçu est moindre face à des pathologies telle que le paludisme ou la méningite.

 

L’ouvrage édité par Keith Wailo et ses collègues est un apport aux réflexions dans le champ des inégalités en santé. Réflexions qui se situent dans la capacité des analyses de mettre en exergue le processus de fabrication ou construction de l’exclusion d’une bonne partie des ayant droit d’un produit de santé comme le vaccin au profit des solvables. Le processus de marchandisation des biens de santé creuse à l’extrême les disparités entre classes aisées et pauvres dans l’accès des biens. Il me semble qu’il y a un autre aspect qui rend compte de cette disparité en traversant la quasi totalité des contributions c’est le ciblage comme processus de construction et dispositif politique et  économique de la santé publique et des politiques industrielles, le ciblage d’une population à vacciner, d’un classe d’âge relève de stratégies complexes entre mercantilisme et idéologie de genre (vision étriquée de l’emporwement), entre biopolitique et exclusion entre science et pouvoir.

 

Oumy Thiongane
IRD/CREC Cotonou-Bénin
UMR MIVEGEC –
Maladies Infectieuses et Vecteurs (UM1-UM2-CNRS 5290-IRD 224)
 

Richard Wilkinson, Kate Pickett, Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.
 

51YcnJruwnL._Richard Wilkinson, Kate Pickett,

Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous,  Les Petits matins, 2013.

Pourquoi les Anglais ne font-ils pas confiance aux autres alors que les Japonais le font plus facilement ? Pourquoi le taux de grossesse des adolescentes est-il plus élevé aux États-Unis qu’en France ? Pourquoi les Suédois ont-ils la taille plus fine que les Grecs ? La réponse est chaque fois : l’inégalité. D’après les auteurs, les résultats exprimés sont clairs : état de santé, espérance de vie, obésité, santé mentale, taux d’incarcération ou d’homicides, toxicomanie, grossesses précoces, succès ou échecs scolaires, bilan carbone et recyclage des déchets, tous les chiffres vont dans le même sens. Plus qu’à n’importe quel autre indicateur (de richesse, de culture ou de dépense publique), c’est à l’écart variable des revenus que l’on doit attribuer le score de chacun des pays sur l’échelle des performances. Sur presque tous les points étudiés, le Japon, la Norvège et souvent la France et le Canada font mieux que les États-Unis, l’Angleterre ou le Portugal, où les écarts de revenus sont plus importants. De plus, les sociétés montrant un grand fossé entre riches et pauvres nuisent à chacun de leurs membres, y compris les nantis se croyant à l’abri ! Les riches ont donc tout intérêt à vouloir eux aussi plus d’égalité pour tous. Provocateur et salutaire, ce livre, en s’appuyant sur de nombreuses recherches en psychologie, biologie et sciences sociales, fournit une nouvelle manière de penser et de réfléchir sur nous-mêmes et notre société, et pourrait changer la façon dont nous voyons le monde.

 

Arlette Gautier, Marie-France Labrecque, Avec une touche déquité et de genre … : Les politiques publiques dans les champs de la santé et du développement au Yucatan

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.

 

thumb_L97827637171661

Arlette Gautier, Marie-France Labrecque, « Avec une touche déquité et de genre … » : Les politiques publiques dans les champs de la santé et du développement au Yucatan, Presses de l’Université Laval, 2013, 370 p., ISBN : 9782763717166.

Au début des années 1980, Arlette Gautier et Marie-France Labrecque menaient leurs premières recherches au nord de l’État du Yucatan auprès des femmes autochtones mayas, la première sur des questions de santé reproductive, la deuxième s’intéressant davantage à l’intégration de ces femmes au marché du travail. Pendant les trente années suivantes, toutes deux ont approfondi leur intérêt pour ces dimensions complémentaires du développement économique et social, que ce soit au Mexique ou ailleurs dans le monde. Au milieu des années 2000, elles ont toutes deux décidé d’entreprendre des recherches qui feraient le suivi de celles qu’elles avaient menées auparavant, mais qui, grâce aux éclairages de l’approche féministe de l’intersectionnalité, donneraient un nouveau relief conceptuel et méthodologique à l’interprétation des changements sociaux que connaissent les populations autochtones de l’État du Yucatan, et les femmes en particulier.

 

Sophie Divay, Soignantes dans un hôpital local : Des gens confrontés à la rationalisation et à la précarisation

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.
  

9782810900909

Cette enquête ethnographique réalisée dans un hôpital local donne à voir une réalité éloignée des clichés qu’exhibent nos écrans de télévision. Ici, les soignantes s’activent souvent sans médecins à leurs côtés, dans des services peu médicalisés empreints d’une longue histoire locale, auprès de patients âgés « du coin », au sein d’équipes « familiales » et où « tout le monde se connaît » depuis toujours.

Ces soignantes ont dû faire face à de nombreux changements. Elles ont su s’adapter à la laïcisation des hôpitaux, à l’humanisation des hospices et aux restructurations internes modernisatrices. Résisteront-elles aux restrictions budgétaires et à la dégradation de leurs conditions de travail ?

Après une longue immersion dans le milieu propre à ces travailleuses de la santé, Sophie Divay retrace étape par étape l’histoire et les évolutions de ce collectif de travail et questionne plus globalement les effets des décisions de rationalisation gestionnaire et managériale.

« Ce livre nous propulse également vers l’avenir et soulève des questions sur la condition des personnes âgées en institution. […] L’accroissement récent du nombre des « remplaçantes », personnel précaire, éjectable à volonté, réduit la stabilité et la solidarité du groupe. Quelle qualité de soins peut-on garantir dans ce cas à des patients aussi vulnérables ? C’est donc bien un problème fondamental de modèle de société que ce livre interroge, sans en avoir l’air… » (Extrait de la préface d’Yvonne Knibiehler).

 

Sophie Divay, sociologue, maître de conférences, CEREP EA 4692, université de Reims Champagne-Ardenne et Centre d’économie de la Sorbonne, UMR 174, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Richard Rechtman, Les vivantes

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.
 

Rechtman_LesVivantes17 avril 1975, les troupes de Pol Pot pénètrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge, après quatre années de guerre civile. En quelques heures, la ville est intégralement vidée de ses occupants. Les citadins, comme les habitants des campagnes jusqu’alors non acquises aux Khmers rouges, sont déportés dans les zones les plus hostiles du pays. Travaux forcés, exécutions sommaires, famines, meurtres de masse… Dans ce désastre qui s’annonce, où plus du tiers de la population du pays sera exterminée, et où vivre se résumera simplement à ne pas mourir, rares seront les voix qui parviendront à se faire entendre. Ce livre retrace le destin de l’une d’entre elles. Celle d’une femme prise dans la tourmente d’événements qui lui échappent et pourtant l’emprisonnent, et qui puisera dans les ressorts les plus profonds de son intimité les armes d’une lutte sans merci contre les blessures de sa chair. Avec le fol espoir de vivre, pour ne pas les laisser gagner. Vivre, pour ne pas voir son propre corps disparaître. Vivre encore, juste l’instant suivant…

Éditions Léo Scheer, collection Littérature, 6 novembre 2013, 152 pages. ISBN: 978-2756104294. 18,00 €

 

La rédaction a reçu

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.
 

 

9782753517356 PINSOLLE D., Le Matin (1884-1944) Une presse d’argent et de chantage, 2013, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 353 p.

 

 

 

 

 

 


 

couv_rfas_2013_1-2-3f0b2Revue Française des Affaires Sociales, 2013, 1-2, Difficultés vécues dans l’enfance, conséquences à l’âge adulte, dossier thématique coordonné par Pierre Boisard et Bénédicte Galtier, Paris, La Documentation Française, 231 p.