Archives par mot-clé : santé

Vient de paraitre – Volume 34, Numéro 2, juin 2016

La reconfiguration des enquêtes et des normes alimentaires en France : le service nutrition  de l’Institut national d’hygiène
Thomas Depecker, Anne Lhuissier

Résumé. Ce papier porte sur une période charnière dans l’histoire de la quantification des consommations alimentaires en France et des normes nutritionnelles qui y sont liées. L’expérience de la Seconde Guerre mondiale modifie non seulement le contenu de ces normes (par exemple, les quantités de protéines ou de calories recommandées) mais surtout, elle bouleverse la manière dont elles sont mesurées et mises en application. À la notion précédemment dominante de « ration » — entendue comme le rapport exact entre aliments consommés, travail produit et énergie dépensée — fait place celle de « standard » qui permet d’évaluer les niveaux de consommation à partir desquels se développent certaines maladies. L’introduction de la dimension clinique dans les enquêtes alimentaires s’effectue à la faveur du rôle joué par les médecins américains de la Fondation Rockefeller en 1940 dans la création de
l’Institut de recherche d’hygiène à Marseille et l’orientation des recherches qui sont menées au sein du service nutrition.
Mots-clés : enquêtes nutritionnelles, Fondation Rockefeller, Institut
national d’hygiène, guerre.

Finalités de la recherche en nutrition. Perspectives à partir d’une réflexion historique Jean-Michel Lecerf (commentaire)

 

Prendre en compte la santé dans les politiques publiques.
Étude d’un régime de gouvernementalité au Québec
Pernelle Smits, Johanne Préval, Jean-Louis Denis

Résumé. Le secteur de la santé dépasse largement la seule activité de soins et implique une variété de secteurs qui agissent sur les déterminants de la santé. Ainsi, nombre de politiques publiques en santé requièrent une intervention multisectorielle. Nous avons utilisé la perspective de Foucault sur la gouvernementalité pour comprendre une initiative intersectorielle — la prise en compte de la santé dans les politiques publiques — dans le contexte du Québec. Les données proviennent de 61 entretiens avec les gestionnaires et professionnels en charge de son implantation en 2012 et de rapports ministériels afférents. Après avoir considéré chacun
des quatre éléments d’un régime de gouvernementalité (l’objet, les cibles, les formes de gouvernement et les régimes de visibilité), nous en dégageons des sous-éléments spécifiques : l’acteur imputable, le type de savoirs mobilisés, la direction du partage des savoirs, les premier, deuxième et troisième cercles de contacts impliqués, la spécificité et la généralité du régime de visibilité et la fréquence et le caractère formel des interactions. Ces sous-éléments peuvent servir de guide pour d’autres études intéressées par l’analyse d’un régime de gouvernementalité.
Mots-clés : gouvernementalité, santé, action horizontale.

 

De « la santé dans toutes les politiques » à « toutes les politiques dans la santé » : le régime de visibilité de la prise en compte de la santé dans les politiques de l’Union européenne Sébastien Guigner (commentaire)

 

La fabrication d’un contrat local de santé « expérimental ». Négociations et compromis sous tensions
Nadine Haschar-Noé, Émilie Salaméro

Résumé. La recherche présentée se focalise sur les étapes de fabrication d’un Contrat local de santé entre l’Agence régionale de santé et des collectivités territoriales en région Midi-Pyrénées (France). À partir d’une socio-ethnographie de l’action publique en train de se faire, sont analysés les jeux d’acteurs, les tensions et les modalités des négociations qui rythment chemin faisant la construction des accords et compromis entre les différents signataires. Nous montrons que cet instrument contractuel constitue un terreau de tensions et de résistances, de négociations
et de compromis sur de nombreux points : tant sur le diagnostic
sanitaire du territoire et la pertinence du périmètre choisi que sur ses contenus et ses modalités de gouvernance territoriale.

Mots-clés : inégalités sociales et territoriales de santé, action publique, instrumentation, gouvernance.

Les contrats locaux de santé : un (timide) pas de plus vers
une construction locale de la santé ? Sébastien Fleuret (commentaire)

Associations de malades, Regards de chercheurs par Martine Bungener, Lise Demagny, François Faurisson

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.


Pages de Association_maladesAlors que l’engagement d’associations de malades dans la recherche biomédicale
est connu, le point de vue des chercheurs sur les associations et leur vision de
ces collaborations reste méconnu. Le Groupe de Réflexion avec les Associations
de Malades (Gram) de l’Inserm a voulu combler cette lacune en initiant cette
enquête.
Fondé sur les réponses de 651 chercheurs à un questionnaire approfondi et sur
17 entretiens en face-à-face, cet ouvrage évoque la diversité d’opinions qu’ils
expriment et retrace l’expérience des 40% de répondants en relation suivie avec
une association. Si un niveau de responsabilité élevé, un âge plus avancé et
la pratique d’une recherche translationnelle ou clinique paraissent favoriser
leur rapprochement, celui-ci dépend aussi de ce que les chercheurs pensent
des associations. L’enquête met en évidence quatre profils de chercheurs, les
Engagés, les Pragmatiques, les Distants et les Réticents, aux opinions contrastées
quant à leurs craintes éventuelles pour la liberté du chercheur, leurs avis sur le
rôle d’interface des associations entre science et société et ce qu’elles apportent
au travail de recherche. Leur soutien financier comme les formes concrètes
d’action avec les associations de malades sont également décrits.
Pour le Gram, cette connaissance des situations vécues à l’Institut visait à fonder
son travail de réflexion. L’éclairage porté par leurs pairs sur les relations avec des
associations devrait permettre aux chercheurs de mieux appréhender les enjeux
et retombées de telles collaborations. Ce regard porté sur elles peut aussi éclairer
la stratégie des associations en direction du monde de la recherche.

Cette étude a été réalisée par :
Martine Bungener, directrice de recherche au CNRS, est Présidente du Groupe
de réflexion avec les associations de malades (GRAM) de l’Inserm. Ses travaux
portent sur l’organisation du système de santé et le rôle des malades et leurs
familles. Elle a notamment publié Trajectoires brisées, familles captives. La
maladie mentale à domicile, aux éditions de l’Inserm et, en collaboration avec
Isabelle Baszanger et Anne Paillet, Quelle médecine, voulons-nous ? aux éditions
La Dispute.
Lise Demagny, chargée d’études au CNRS travaille au Centre de Recherche,
médecine, sciences, santé, santé mentale, société (Cermes3). Elle s’intéresse
notamment aux questions de prise en charge des malades Alzheimer ou encore
des personnes souffrant de handicap psychique par l’entourage familial.

François Faurisson, médecin et ingénieur de recherche à l’Inserm. Après ses
travaux sur les infections respiratoires dans la mucoviscidose, il devient conseiller
scientifique auprès d’EURORDIS (Fédération européenne d’associations de
malades atteints de maladies rares). Il a aujourd’hui rejoint la Mission Inserm
Associations.

Téléchargez l’ouvrage au format pdf