Archives par mot-clé : sciences sociales et santé

A paraitre, Vol.35, n°2 Juin 2017

Sommaire Vol.35, n°2 Juin 2017

 

 

Yaël Tibi-Lévy   Martine Bungener   « Être là pour être là » : discours croisés  sur le bénévolat d’accompagnement

 

Andrée Sévigny    L’action des bénévoles dans les soins palliatifs. Remarques à partir de l’expérience québécoise (Commentaire)

 

Kadidiatou Kadio  Aboubacar Ouedraogo Yamba Kafando  Valery Ridde    Émergence et formulation  d’un programme de solidarité  pour affilier les plus pauvres à une assurance maladie au Burkina Faso

 

Anne-Laure  Beaussier   Kingdon en Afrique ? Théories de la mise sur agenda et le développement d’un programme d’assistance santé au Burkina Faso (Commentaire)

 

Nicolas Henckes   Entre tutelle et assistance : le débat sur la réforme de la loi de 1838 sur les aliénés des années 1870 aux années 1910

 

Jean-Christophe Coffin    L’exploration de l’assistance psychiatrique française. Jalons pour une reformulation (Commentaire)

Numéro spécial Perturbateurs endocriniens, expertise et régulation en France et en Amérique du Nord – Volume 34, Numéro 3, sept. 2016

sss-2016-3

 

 Introduction : la santé environnementale au-delà du risque ? Perturbateurs endocriniens, expertise et régulation en France et en Amérique du Nord
Jean-Paul Gaudillière, Nathalie Jas

Les perturbateurs endocriniens en France. une autre trajectoire
Nathalie Jas, Jean-Paul Gaudillière

Résumé. Américaine à l’origine, la problématique des perturbateurs
endocriniens (PE) s’est rapidement internationalisée. Ce processus reste cependant largement à comprendre. Pour l’explorer, la piste suivie dans cet article est celle du double mouvement de généralisation et de localisation sous-jacent à cette internationalisation. En s’appuyant sur une recherche comparative États-Unis/France portant sur la façon dont la trajectoire des PE s’inscrit dans une histoire de longue durée de la santé environnementale, l’article analyse ainsi les débuts de la trajectoire française de la problématique PE. Les évènements pris pour cible sont ceux qui sont intervenus avant 2007, c’est-à-dire bien avant que les PE ne deviennent un objet de controverses visibles dans le dernier tiers des années 2000, avec l’investissement de plus en plus important d’un ensemble hétéroclite d’associations militant sur des problèmes de santé environnementale et la montée en puissance des débats sur le bisphénol A. Nous remettons en cause l’idée courante selon laquelle l’introduction des PE en France a été le seul fait des milieux médicaux s’intéressant aux problèmes d’infertilité masculine. Nous montrons aussi que ces développements précoces révèlent l’existence d’une phase publiquement « invisible »  d’appropriation et de configuration du problème des perturbateurs
endocriniens révélatrice d’un régime français d’expertise des problèmes de santé environnementale et de gestion des risques chimiques qui fait largement appel aux collaborations entre l’État, les industriels et les chercheurs académiques. Ce faisant, l’article analyse les caractéristiques du premier dispositif français d’expertise et de recherche sur les PE et ses spécificités au regard de la trajectoire américaine.

Un précédent manqué : le Distilbène® et les perturbateurs endocriniens. Contribution à une sociologie de l’ignorance
Emmanuelle Fillion, Didier Torny

Résumé. Le Distilbène® a été identifié dès le début des années 1990
comme le premier perturbateur endocrinien, à partir duquel on peut anticiper les effets à long terme d’un grand nombre de substances chimiques sur la capacité reproductive humaine. Pourtant, l’histoire française du Distilbène® est faite d’oublis, de négligences et de refus d’apprentissage qui se répétèrent jusqu’au début des années 2010. Sur la base d’une enquête sociologique qualitative, cet article éclaire les différents mécanismes de production d’ignorance qui firent du Distilbène® un précédent manqué. Nous avons identifié trois processus complémentaires permettant de comprendre la marginalisation de ce dossier : l’absence d’identification
des populations exposées, la faible accumulation et diffusion des
connaissances, la singularisation durable du dossier.

Pollution et limites des corps : échelle des perturbations endocriniennes, genre et recours au droit par une communauté amérindienne du Canada
Dayna Nadine Scott

Résumé. À partir de l’exemple du déséquilibre du sex-ratio des membres de la communauté indienne des Aamjiwnaang,  une des Premières Nations du Canada qui aient été exposées à une pollution chimique chronique, cet article analyse les possibilités, au niveau individuel comme collectif, que le droit canadien relatif aux délits civils peut offrir en matière de préjudices résultant d’un phénomène de perturbation endocrinienne.
Ce cas d’école montre à quel point il est difficile de démontrer
l’existence d’un dommage ou d’un préjudice juridique dans des situations d’exposition chronique massive à des polluants ayant des effets de perturbations endocriniennes sur plusieurs générations. Ces difficultés tiennent non seulement à la nature probabiliste des liens entre substances et effets, à l’échelle et à la durée du phénomène, à la légalité des pollutions à faibles doses mais aussi et surtout au fait que le droit des délits est imprégné par la notion de sujet individuel et par une vision des corps centrée sur la personne. L’article interroge la propension du mouvement pour la justice environnementale à concevoir les dommages à partir d’hypothèses
implicites et fortement discutables sur ce que signifient le naturel et le normal en matière de biologie des hormones. Il propose une lecture critique des catégories utilisables dans le cadre d’actions en justice (coups et blessures, nuisance, négligence…), lecture fondée sur la théorie féministe et la notion de communauté, laquelle est inséparable du contexte social et politique des expositions et aussi, dans le cas des premières nations amérindiennes, de leur histoire coloniale.

La convergence entre santé humaine et santé environnementale : le toxaphène dans le lac Supérieur
Nancy Langston

Résumé. Les substances chimiques perturbatrices du système endocrinien peuvent se retrouver dans des espaces fort éloignés des sites de leur production et de leur consommation. Comme elles passent dans l’eau, elles sont accumulées par les poissons qui les transmettent ensuite aux humains qui les consomment. Cet article traite d’une seule substance chimique, le toxaphène, une étude de cas qui cherche à explorer deux questions étroitement liées. Premièrement, comment les chercheurs ont-ils conceptualisé le passage des substances chimiques perturbatrices du système endocrinien dans l’eau et de là dans les poissons et les humains ?
Deuxièmement, quelles sont les réponses des organismes de règlementation et des collectivités à l’évidente augmentation de poissons contaminés par des substances toxiques ? L’article discute en particulier la façon dont les avis relatifs à la consommation de poisson tendent à se substituer à l’encadrement des activités des industries responsables de la pollution et participent ainsi d’une nouvelle manière de gérer les risques qui passe moins par la réduction des dangers que par la définition de normes
permettant de « vivre avec ».

Remerciements au comité de lecture 2015

Le comité de rédaction de Sciences Sociales et Santé remercie les lecteurs suivants pour leur expertise des articles soumis au cours de l’année 2015.

Akrich Madeleine

Barthe Yannick

Baszanger  Isabelle

Belorgey Nicolas

Berlivet Luc

Bloy Géraldine

Bujon Thomas

Burton-Jeangros Claudine

Castel Pierre-Henri

Clavier Carole

Crabu Stefano

 Dalgalarrondo Sébastien

de Gaudemaris Régis

Desclaux Alice

Dorlin Elsa

Dourlens Christine

Ducournau Pascal

Feroni Isabelle

Fontaine Roméo

Fournier Cécile

Gadreau Maryse

Gaudillière Jean-Paul

Giami Alain

Gilbert Claude

Gruénais Marc-Eric

 Hancart-Petitet Pascale

Hennion Antoine

Hintermeyer Pascal

 Jeannot Gilles 

Lachenal Guillaume

Lang Thierry

Le Talec Jean-Yves

Legrand Émilie

Lert France

Lézé Samuel

Lhuilier Dominique

Loncle Patricia

Loriol Marc

Lovell Anne

Marsicano Elise

Mathieu Séverine

Mendès-Leite Rommel

Monteillet Nicolas

Musso Sandrine

Ouallet  Anne

Ouédraogo Jean-Bernard

Pallez Frédérique

Parizot Isabelle

Peretti-Watel Patrick

Schepens Florent

Sévigny Andrée

Tessier Laurence

Vailly Joëlle

Vinel Virginie

Vonarx Nicolas

Willaime Jean-Paul

Zolesio  Emmanuelle

A paraitre Volume 33, Numéro 1, mars 2015

 

Michal Raz / Médecins israéliens face au diagnostic prénatal des foetus intersexués

(Commentaire ) Cynthia Kraus / Diagnostiquer les fœtus intersexués : quoi de neuf docteurs ?

 

Georges Djohy, Ange Honorat Edja, Serge Mahugnon Djohy

Représentations populaires de la méningite épidémique dans un contexte de changement climatique au Nord Bénin

(Commentaire) Emmanuel Eliot /Représentations sociales et épidémies : entre espace, savoir et pouvoir

 

 

Mathieu Quet / Sécurisation pharmaceutique et économies du médicament Controverses globales autour des politiques anti-contrefaçon

 (Commentaire) Carine Baxerres Le discours sur les faux médicaments : maintenir la domination du marché pharmaceutique au temps de la libéralisation de la distribution

 

 

 

 

Sociologie politique de la santé par Henri Bergeron et Patrick Castel : Un panorama critique et raisonné des approches de la sociologie politique de la santé.

L’ouvrage

Comment les différents systèmes de santé ont-ils évolué depuis leur création ?
Comment expliquer le statut et les protections de la profession médicale ?
Dans quelle mesure l’individualisation et la responsabilisation des individus constituent-elles l’un des traits caractéristiques majeurs des politiques de santé contemporaines ?

 

Objet de questionnements multiples et hétérogènes, la sociologie politique de la santé est traversée par de nombreux courants et est au cœur de passionnants débats. Du façonnement social des maladies à la politique de gestion des systèmes de santé, en passant par la médicalisation des problèmes sociaux, les inégalités sociales face à la maladie, les dynamiques de l’innovation et de la recherche médicale, le fonctionnement des institutions hospitalières, ou encore l’autonomisation de la profession, la largeur du spectre des dimensions étudiées n’a d’égale que la variété des perspectives théoriques qui se sont penchées sur le sujet.
Reflétant cette diversité et cette richesse, cet ouvrage présente un panorama inédit, complet et raisonné des approches de sociologie politique de la santé, et dresse un état des lieux critique de la recherche contemporaine sur le sujet.

Table des matières

Introduction générale

PREMIÈRE PARTIE – TRAJECTOIRES DES SYSTÈMES DE SANTÉ
Introduction
1 – Naissance et diversité des systèmes de santé
2 – Politiques des réformes
Conclusion

DEUXIÈME PARTIE – DES ORGANISATIONS ET DES PROFESSIONNELS DU SOIN
Introduction
3 – Médecine et profession
4 – Organisation(s), décision et rationalisation
Conclusion

TROISIÈME PARTIE – POLITIQUES DE SANTÉ PUBLIQUE
Introduction
5 – Savoirs de politique, politique des savoirs
6 – Organisations de patients, savoirs et politiques de santé
7 – Les politiques de santé publique
Conclusion

Conclusion générale
Bibliographie

 

A propos des auteurs

Henri Bergeron, chargé de recherches au CNRS et au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po, est coordinateur scientifique de la chaire Santé de Sciences Po et co-responsable de l’axe Santé du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (Labex) de Sciences Po.
Patrick Castel est chargé de recherches à la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po.

Associations de malades, Regards de chercheurs par Martine Bungener, Lise Demagny, François Faurisson

Des notes de lecture peuvent être proposées. Leur longueur ne doit pas dé­passer 9 000 signes et elles ne doivent pas comporter de notes de bas de page.


Pages de Association_maladesAlors que l’engagement d’associations de malades dans la recherche biomédicale
est connu, le point de vue des chercheurs sur les associations et leur vision de
ces collaborations reste méconnu. Le Groupe de Réflexion avec les Associations
de Malades (Gram) de l’Inserm a voulu combler cette lacune en initiant cette
enquête.
Fondé sur les réponses de 651 chercheurs à un questionnaire approfondi et sur
17 entretiens en face-à-face, cet ouvrage évoque la diversité d’opinions qu’ils
expriment et retrace l’expérience des 40% de répondants en relation suivie avec
une association. Si un niveau de responsabilité élevé, un âge plus avancé et
la pratique d’une recherche translationnelle ou clinique paraissent favoriser
leur rapprochement, celui-ci dépend aussi de ce que les chercheurs pensent
des associations. L’enquête met en évidence quatre profils de chercheurs, les
Engagés, les Pragmatiques, les Distants et les Réticents, aux opinions contrastées
quant à leurs craintes éventuelles pour la liberté du chercheur, leurs avis sur le
rôle d’interface des associations entre science et société et ce qu’elles apportent
au travail de recherche. Leur soutien financier comme les formes concrètes
d’action avec les associations de malades sont également décrits.
Pour le Gram, cette connaissance des situations vécues à l’Institut visait à fonder
son travail de réflexion. L’éclairage porté par leurs pairs sur les relations avec des
associations devrait permettre aux chercheurs de mieux appréhender les enjeux
et retombées de telles collaborations. Ce regard porté sur elles peut aussi éclairer
la stratégie des associations en direction du monde de la recherche.

Cette étude a été réalisée par :
Martine Bungener, directrice de recherche au CNRS, est Présidente du Groupe
de réflexion avec les associations de malades (GRAM) de l’Inserm. Ses travaux
portent sur l’organisation du système de santé et le rôle des malades et leurs
familles. Elle a notamment publié Trajectoires brisées, familles captives. La
maladie mentale à domicile, aux éditions de l’Inserm et, en collaboration avec
Isabelle Baszanger et Anne Paillet, Quelle médecine, voulons-nous ? aux éditions
La Dispute.
Lise Demagny, chargée d’études au CNRS travaille au Centre de Recherche,
médecine, sciences, santé, santé mentale, société (Cermes3). Elle s’intéresse
notamment aux questions de prise en charge des malades Alzheimer ou encore
des personnes souffrant de handicap psychique par l’entourage familial.

François Faurisson, médecin et ingénieur de recherche à l’Inserm. Après ses
travaux sur les infections respiratoires dans la mucoviscidose, il devient conseiller
scientifique auprès d’EURORDIS (Fédération européenne d’associations de
malades atteints de maladies rares). Il a aujourd’hui rejoint la Mission Inserm
Associations.

Téléchargez l’ouvrage au format pdf

Numéro spécial Essais cliniques, production de la preuve et mutations de la biomédecine

166860_FOURNITURE

Pascale Bourret, Philippe Le Moigne : Éditorial

 

Alberto Cambrosio, Peter Keating, Nicole Nelson : Régimes thérapeutiques et dispositifs de preuve en oncologie : l’organisation des essais cliniques, des groupes coopérateurs aux consortiums de recherche

Résumé. À partir d’une analyse empirique du développement de l’oncologie médicale et, en particulier, des essais cliniques au coeur de ces pratiques,
cet article examine la question du lien entre innovation organisationnelle et innovation épistémique. Il explore comment les régimes
thérapeutiques déployés par les cancérologues comptent parmi les actants principaux du style de pratique centré sur la performance d’essais
cliniques, sans que l’on puisse dire si ces régimes relèvent du domaine de la connaissance ou de celui de l’organisation. L’article introduit la notion
de regimen pour dépasser la distinction organisation-cognition. À près de 50 ans de distance, des solutions différentes, bien que reliées par une
dépendance du sentier, ont été mises en place en réponse à un même problème — l’accélération des échanges entre clinique et laboratoire. Nous
sommes confrontés dans les deux cas à des réseaux sociotechniques très différents pour lesquels il faut prendre en compte la composition, ce que
permet la notion de regimen. Notre étude est centrée sur l’oncologie, mais la notion de regimen pourrait offrir, dans d’autres domaines, une alternative
à des notions comme celle de communautés épistémiques, et contribuer ainsi au dépassement de la distinction entre objets et pratiques.

Mots-clés : essais cliniques, oncologie, groupes coopérateurs, consortiums de recherche, recherche translationnelle.

Baptiste Moutaud : Pour le bien de tous et l’intérêt de chacun. Essai clinique et innovation organisationnelle en psychochirurgie

Résumé. Cet article retrace l’élaboration d’un essai clinique multicentrique français en psychochirurgie (i.e. le traitement chirurgical des troubles
mentaux). À partir d’une observation ethnographique, il décrit comment un collectif de chercheurs et cliniciens est parvenu à faire émerger
une pratique innovante et viable en adaptant la technologie à des enjeux et contraintes scientifiques et éthiques qui complexifiaient l’entreprise
et lui étaient supérieurs. Il évoque ainsi comment un essai clinique peut être utilisé comme ressource stratégique et comme lieu de création
et de réflexivité, adapté localement aux situations complexes de son utilisation. Marqué et façonné par son contexte d’élaboration, cet essai a
suscité une innovation organisationnelle. Il a déplacé l’enjeu de démonstration lié à l’efficacité du traitement vers celui de la constitution d’un
réseau de recherche innovant en psychiatrie.

Mots-clés : essai clinique, psychochirurgie, psychiatrie, innovation organisationnelle.

Tiago Moreira : La démence, entre laboratoire et marché

Résumé. Depuis deux décennies, la recherche en sciences sociales sur les essais cliniques se divise en deux types de travaux rarement mis en relation
: les uns portent sur les pratiques et les cultures épistémiques des essais cliniques, les autres explorent les liens entre les essais cliniques et
les transformations plus larges de l’exercice et de la répartition du pouvoir au sein de l’ordre néolibéral. Dans cet article, je propose une approche
empirique pour analyser les dimensions à la fois épistémique et politique des essais cliniques. Comment les procédures de production de
connaissances des essais cliniques sont-elles liées — dans la pratique — au formatage politique de la biomédecine et des soins de santé ? Pour
répondre à cette question, j’examine la dynamique d’une controverse publique sur la valeur de traitements contre la démence au Royaume-uni
entre 2005 et 2008. Je suggère que cette controverse a opposé deux manières de relier les connaissances à la politique des soins de santé. La
première mobilisait un idéal d’efficience fondé sur le déploiement d’instruments de coût-utilité et visait ainsi à soumettre les soins médicaux à la
logique du marché. La seconde s’appuyait sur un idéal d’efficacité, invoquant une tradition de science expérimentale et une version idéalisée du
rôle du laboratoire dans l’établissement de l’ordre social.

Mots-clés : essais cliniques randomisés, QALY, démence, controverses publiques, régimes de justification.

Patrick Castel : Note de lecture. Les dimensions organisationnelles de la biomédecine. À propos de Peter Keating & Alberto Cambrosio, Cancer on Trial. Oncology as a New Style of Practice

Trente ans : la maturité ? par le Comité de rédaction

Dans un contexte scientifique et institutionnel bousculé, marqué par le départ à la retraite d’une génération assez nombreuse de chercheurs en sciences humaines et sociales recrutés dans les années 1970, la nouvelle décennie a vu le rajeunissement des membres du Comité de rédaction et le renouvellement du rédacteur en chef de la revue, le sixième en 30 ans, mais qu’est-il advenu de ses orientations scientifiques et thématiques ? Sciences Sociales et Santé semble avoir atteint l’âge de la maturité ; elle apparaît maintenant comme une revue installée dans le paysage éditorial et institutionnel. Elle a obtenu, au niveau national, tous les signes de reconnaissance du milieu scientifique et des institutions comme le CNRS et l’AERES. Elle est indexée dans les grandes bases de données nationales et internationales et possède un impact factor. Elle est également devenue accessible gratuitement, depuis son premier numéro, sur Persée (www.persee.fr) et cela jusqu’aux numéros publiés 3 ans auparavant, soit 27 années de publication à ce jour, donnant ainsi accès à de nombreux textes qualifiés de référence, redevenus accessibles alors qu’ils étaient épuisés depuis de longues années. Elle sera disponible sur CAIRN dès 2013.

Des débats maintenus entre disciplines

Le bilan des 240 articles et commentaires publiés depuis dix ans et des disciplines de leurs 340 auteurs ne révèle pas de grands bouleversements par rapport à ce que nous avions relevé en 2002 dans le numéro consacré au vingtième anniversaire. Sur le plan disciplinaire, les sociologues sont toujours les plus nombreux à publier dans la revue et représentent un tiers du total des auteurs ; 17,3 % des publications sont le fait d’anthropologues. Les textes écrits par des médecins représentent une proportion similaire si l’on inclut cliniciens, épidémiologistes et spécialistes de santé publique. La place qu’ils occupent tient en partie au fait que des auteurs médecins sont souvent sollicités par les membres du Comité de rédaction pour écrire des commentaires, perpétuant ainsi la volonté affichée des fondateurs de la revue d’en faire un lieu privilégié d’échanges et de débats entre disciplines de sciences humaines et sociales et disciplines biologiques et médicales. Si on observe un tassement des articles émanant d’économistes et de gestionnaires (11,5 %), les politistes publient davantage dans la revue au cours de cette décennie qu’avant 2002. L’affirmation récente de la notion de territoire dans les politiques publiques a conduit le Comité de rédaction à s’ouvrir à la géographie. La psychologie sociale et clinique, l’histoire, l’épistémologie et la philosophie ainsi que le droit restent des disciplines toujours présentes.

Si le sex-ratio est respecté parmi les auteurs de Sciences Sociales et Santé, on observe que le nombre de femmes publiant dans la revue est en nette augmentation ces deux dernières années.

Par ailleurs, 21 % des auteurs publiés au cours de la période sont originaires d’un pays étranger (Canada, Suisse, Maroc, Liban, Angleterre, Brésil…) et un tiers des articles analyse des situations hors de l’hexagone que ce soit dans un pays étranger (outre ceux cités précédemment, Mali, Bénin, Inde, Thaïlande, Algérie, Afrique du Sud …) ou hors métropole (Nouvelle-Calédonie, La Réunion, Guadeloupe et Martinique).

Sept numéros spéciaux ont été organisés autour d’un thème particulier : les déterminants socio-économiques des inégalités de santé, les incertitudes en médecine, la santé au travail, ou autour d’un pays, le Brésil. Tous ont cherché à croiser les regards et les approches, et ont fait appel à des disciplines différentes. Des chercheurs de pays étrangers ont été sollicités sur des thématiques insuffisamment étudiées en France comme les technologies de l’information ou l’essor de la génétique en psychiatrie. Les Comités de rédaction de Sciences Sociales et Santé et de la Revue d’Epidémiologie et de Santé Publique (RESP) ont pris une initiative originale en 2004 en décidant la publication conjointe d’un numéro spécial « Genre et santé » qui croisait systématiquement des articles de sciences sociales et d’épidémiologie dans chacune des revues.

Panorama des objets étudiés et des thèmes abordés

La lecture thématique des articles publiés confirme que l’analyse de la santé au sens large demeure au cœur du projet de Sciences Sociales et Santé et que la médecine au sens strict, surtout présente dans ses aspects les plus novateurs, occupe une place plus limitée. Les publications de la décennie, quelle que soit la discipline, développent des perspectives qui vont dans le sens d’un déplacement et d’un élargissement des problématiques par rapport à ce que l’on pouvait observer au cours des deux décennies précédentes.

La maladie reste un objet d’étude fréquent autour duquel un large spectre de thématiques est abordé comme la construction du sujet malade et la notion de personne, l’implication de l’entourage familial entre épuisement et intervention indispensable, les innovations organisationnelles survenues en milieu associatif, les nouvelles politiques de santé publique ou les transformations récentes des pratiques professionnelles. Dans le corpus d’articles publiés au cours des dix ans, le VIH/sida occupe encore la première place parmi les maladies étudiées dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud. Les articles en anthropologie ont rendu compte des questions de santé publique qu’il pose, compte tenu des difficultés d’accès de personnes atteintes aux services de santé, et ont traité de la gestion de la maladie : gestion spirituelle (avec l’étude des liens qu’entretient la prise en charge de la maladie avec le registre du religieux), gestion familiale (avec, par exemple, l’étude du dialogue conjugal autour de l’annonce de la séropositivité dans des couples sérodifférents) ou gestion institutionnelle (en fonction du système de santé national considéré).

Cette prédominance du VIH/sida n’exclut nullement la présence d’articles concernant des maladies aussi diverses que le paludisme, la maladie d’Alzheimer, les cancers, le diabète et même les infections nosocomiales et les accidents du travail. Les auteurs ont traité de la question de l’interprétation causale de la maladie, de sa prise en charge institutionnelle ou de la production de savoirs.

Les publications qui traitent de la médecine présentent des thématiques majoritairement centrées sur les processus de décision dans des contextes difficiles et d’incertitude. Elles étudient l’impact d’innovations technologiques comme la télémédecine, la téléchirurgie ou encore l’outil informatique et les conséquences du développement de la génétique, en se situant au plus près de l’analyse des pratiques induites. Néanmoins, l’étude du travail médical et soignant dans ses composantes quotidiennes intéresse moins les auteurs qui se sont surtout penchés sur les situations d’innovation ou sur des contextes particuliers comme la fin de vie à domicile ou l’institution gériatrique. En d’autres termes, la médecine générale en ville et l’hôpital comme lieu de soins et de prise en charge n’ont que faiblement retenu l’attention des auteurs ces dix dernières années.

L’étude des institutions n’est pas pour autant négligée mais elle s’est déplacée vers les institutions de recherche comme l’INSERM, les établissements socio-sanitaires et de long séjour, et même le milieu de travail. Les recherches sur ces institutions viennent compléter et élargir les travaux déjà anciens et consacrés à la famille et au milieu associatif. À ce niveau, il faut souligner un intérêt récent pour l’étude de l’impact du management public sur la gouvernance des établissements et pour les transformations des formes d’organisation de la santé comme les Agences régionales hospitalières (ARH) devenues des Agences régionales de santé (ARS). Cela s’accompagne d’un certain nombre de publications, émanant de politistes, consacrées à l’action publique et aux politiques de santé, par exemple en matière de dépistage ou d’alimentation. Les articles concernés étudient les politiques locales de lutte contre la toxicomanie, celles en faveur de la vaccination ou du dépistage néo-natal de la mucoviscidose. Ils s’intéressent également à la mise en œuvre des processus de régionalisation et de territorialisation des politiques publiques en matière de santé ou à l’influence de l’Union européenne sur les politiques de santé nationales.

Les catégories sociales, démographiques et les types d’acteurs étudiés se sont diversifiés : personnes handicapées, usagers de drogues, personnes âgées, enfants qui sont appréhendés comme des usagers des services de santé et donc des acteurs de santé. Le recours à Internet pour s’informer sur la maladie ou les soins disponibles fait notamment l’objet de plusieurs articles. Ainsi, les usagers des systèmes de soins sont devenus plus présents que les médecins du fait des études portant sur leurs entourages, leurs associations et même leurs religions. De même, la spécificité des différents âges de la vie et leur traitement par la médecine comme leur prise en compte par les politiques de santé, sont largement étudiés dans les publications de ces dix dernières années. Plusieurs articles analysent les conséquences du suivi de la grossesse pour la mère et l’enfant, les conditions de la naissance, la prise en charge des adolescents, les différents modes de contraception et les enjeux préventifs de la circoncision, le mode de vie des personnes vivant avec une maladie, telle la drépanocytose, les effets du grand âge et les conditions de la fin de vie.

Extension, recomposition et diversification des approches de la santé et de ses relations avec la médecine

Les articles concernant la santé, lors de ces dix dernières années, se sont éloignés d’une conception culturelle faisant de la santé un objectif de vie ou un état d’équilibre à atteindre, ou encore la définissant comme Valeur suprême synonyme du Bien, pour l’appréhender comme un champ de recherche à la fois complexe et divers. La santé est alors, selon les approches retenues, conçue tout à la fois comme un ensemble de normes et de valeurs, la perception d’un mal-être ou d’une perte d’autonomie, l’objet d’un ensemble de pratiques situées et contextualisées, un marché économique, l’organisation et la gestion d’un système, l’enjeu de rapports de force et de jeux d’acteurs. Les liens envisagés avec la médecine et les manifestations de la maladie sont reconfigurés et entraînent alors de nouveaux questionnements.

Cette reconfiguration s’observe, par exemple, dans les articles consacrés au thème de la santé maternelle et reproductive, et développés au Nord comme au Sud. Les modes de contraception et leurs usages, la maternité et le suivi de la grossesse avec les différents dispositifs de surveillance sont autant de thèmes qui mettent les femmes au cœur de l’analyse et étudient leurs rapports avec les personnels soignants. Ces travaux se situent souvent en amont de la maladie, portant un intérêt accru aux politiques de dépistage et aux tests de diagnostic prénatal, par exemple de la trisomie 21 et de la drépanocytose, ainsi qu’à leurs effets.

Un nombre croissant d’articles porte sur la place du médicament dans l’espace social et thérapeutique, et les pratiques qu’ils suscitent tant au niveau des usagers que des prescripteurs. Qu’il s’agisse de médicaments de synthèse ou de médicaments néo-traditionnels, des questions comme celle de l’observance ou de la dépendance ont été posées en lien avec la problématique de l’accès aux soins. Les questionnements se sont étendus aux innovations thérapeutiques, aux caractéristiques du marché du médicament, à la fabrication des génériques, au dépôt des brevets pharmaceutiques ou encore à la propriété intellectuelle.

Les articles sur le secteur socio-sanitaire s’interrogent sur la précarité et la protection sociale au travers du devenir des personnes sans domicile fixe, et aux moyens de leur assurer une couverture sociale, ou encore à l’impact de la création de la CMU. L’intérêt pour les soins palliatifs et la fin de vie se déplace vers le domicile pour étudier les rapports entre les professionnels et l’entourage et se pencher sur ce que recouvre « le conseil » dans une telle situation. Plus largement, des travaux se développent sur l’information, l’éducation ou le conseil, c’est-à-dire en amont du soin.

Une recomposition s’observe également dans les publications récentes en santé mentale autour des catégorisations du DSM, dans celles portant sur les victimes d’accidents naturels ou bien encore dans celles traitant de la santé au travail et la lutte contre les maladies professionnelles, les toxiques et l’amiante. L’élargissement des interrogations sur la santé à l’environnement et aux différents polluants contenus dans l’air intérieur, ou relatifs à la pollution atmosphérique et aux ondes électromagnétiques, contribue en outre au renouvellement de l’étude sur les controverses dont celles entre experts et profanes.

Une extension est également à l’œuvre avec de nouveaux domaines d’étude que sont les pratiques sportives et alimentaires. Les articles s’intéressent à certains groupes ou usagers, par exemple les « gros mangeurs ». L’étude des pratiques est complétée par l’analyse des politiques préventives mises en place à travers le Plan national nutrition santé au niveau régional ou par celle de la prise en charge médicale de certains troubles comme le cholestérol.

L’étude des controverses, l’imputation de la responsabilité et les questions éthiques sont au cœur des analyses d’un nombre croissant d’articles publiés. Ces questions positionnent différemment les rapports entre santé et société en élargissant les perspectives et en multipliant les intervenants concernés à un titre ou à un autre. En ce sens, par leurs choix rédactionnels, les différents numéros de la revue Sciences Sociales et Santé rendent compte et reflètent les multiples débats concernant les enjeux de société autour de la santé.

 

Plan de l’article

  1. Des débats maintenus entre disciplines
  2. Panorama des objets étudiés et des thèmes abordés
  3. Extension, recomposition et diversification des approches de la santé et de ses relations avec la médecine

 

Pour citer cet article

« Trente ans : la maturité ? », Sciences sociales et santé 1/ 2013 (Vol. 31), p. 7-12
URL : www.cairn.info/revue-sciences-sociales-et-sante-2013-1-page-7.htm.
DOI : 10.3917/sss.311.0007

Volume 32, Numéro 2, juin 2014, consultez les résumés !

2014-2Sciences  Sociales  et  Santé

Vol. 32         n°2               juin 2014            Revue trimestrielle

 Sommaire

 Dolorès Pourette et Vaomalala Raharimanga  

Résumé. Les représentations et les répercussions sociales d’un essai clinique
réalisé par l’Institut Pasteur de Madagascar ont été analysées dans le
cadre d’une étude anthropologique. L’essai clinique avait pour objectif de
tester un médicament préventif contre la parasitose liée à la puce-chique
(Tunga penetrans). L’étude repose sur une enquête par entretiens semidirectifs
auprès de 24 participants à l’essai, de 9 agents impliqués dans sa
réalisation et des représentants locaux de la population. L’étude souligne
que les méconnaissances et incompréhensions de la population locale
autour de l’essai ont notamment entraîné des tensions entre les personnes et
les communautés impliquées et non impliquées dans l’essai, ainsi que de
nouvelles attentes à l’égard du système de soins. Afin de limiter ce type de
retombées, les auteurs préconisent la pluridisciplinarité et l’implication des
populations locales dans la construction et la réalisation des protocoles de
recherche clinique.
Mots-clés : essai clinique, anthropologie, Madagascar.

Représentations et répercussions sociales d’un essai clinique à Madagascar

Philippe Msellati    Scientifiques, communautés et essais cliniques.  Un quiproquo premier et persistant (commentaire)

 

Emilie Gaborit et Nadine Haschar-Noé   

Une entreprise de « sanitarisation » de l’école. L’exemple de l’approche « Ecole en Santé » au Québec

Résumé. L’approche « École en santé » (AES) est considérée comme une
innovation dont l’objectif est de réformer profondément la promotion et
la prévention de la santé publique dans les établissements scolaires québécois.
L’analyse de la dissémination de l’AES permet de comprendre
comment une approche conçue par le ministère de la Santé est acceptée
en milieu scolaire. En nous concentrant sur les modalités de mise en
oeuvre de cette innovation, nous analysons cette entreprise de « sanitarisation
» de l’espace scolaire. L’AES se caractérise par sa complexité et
laisse une liberté d’interprétation importante aux acteurs locaux.
Cependant, des instruments d’action publique permettent d’orienter sa
mise en oeuvre et participent à une stratégie de pénétration du système
scolaire misant sur l’engagement des acteurs scolaires considérés comme
« les promoteurs de l’approche ».
Mots-clés : École en santé, sanitarisation, mise en oeuvre, enrôlement,
instrument d’action publique.

Renaud Crespin   Des objets techniques aux objets-frontières : appropriation et dissémination des instruments d’action publique (commentaire)

 

Cécile Fournier       

Concevoir une maison de santé pluri-professionnelle : paradoxes et enseignements d’une innovation en actes

Résumé. En soins primaires, conjuguer approches clinique et de santé
publique pour répondre aux besoins complexes des patients et aux exigences
des autorités de santé représente un défi croissant. Le suivi d’un
projet de maison de santé pluri-professionnelle dans une zone urbaine
sensible permet à la fois de comprendre les difficultés rencontrées par les
soignants et de saisir les modèles de soins qu’ils défendent. Il permet également
d’étudier comment l’innovation organisationnelle, par les opérations
de traduction qui l’accompagnent, peut contribuer à faire évoluer les
pratiques à l’articulation entre soin et prévention, sanitaire et social,
médical et paramédical, premier et second recours, colloque singulier et
approche collective territoriale.
Mots-clés : médecine générale, prévention, innovation, territoire.

Pierre Lombrail      Les maisons de santé pluri-professionnelles : penser localement, agir globalement ? (commentaire)